AdBlock PLus continue de rançonner les éditeurs pour qu’ils puissent afficher leurs bannières de pubs

octobre 14, 2013

unnamed

2013-10-07_192218Chez Adblock Plus on est toujours en train de surfer avec les limites de l’acceptable. Un comble quand on sait que l’objectif de l’extension de navigateur est de bloquer les bannières publicitaires.

Maintenant, Adblock Plus a décidé de continuer de défrayer la chronique en proposant à des régies et réseaux publicitaires comme Google ou Facebook de pouvoir malgré tout montrer quelques bannières publicitaires aux internautes ayant au préalable son logiciel. C’est le programme de « liste blanche ». Très malin comme système : rançonner Google, Yahoo and Co pour leur permettre d’afficher de la pub et passer outre la volonté de l’internaute. C’est vicieux.

La semaine dernière, l’entreprise a dévoilé sur son blog pour la première fois quelques chiffres sur ce fameux programme de liste blanche. Ainsi, plus de la moitié des entreprises qui souhaitent montrer patte blanche auprès des annonceurs sont rejetées car ne respectant pas certains critères fixés par Adblock Plus. Au final ce sont plus de 90% des 148 demandes qui sont rejetées. 

Pour 2013-10-07_192305Adblock Plus, il s’agit d’un « service » qui doit permettre aux annonceurs de proposer des pubs moins ennuyeuses et intrusives.

Depuis 2011, Adblock Plus a reçu 777 demandes et 9,5% ont été acceptées. La majorité du temps ce serait fait de façon « gratuite », du moins selon l’entreprise. L’argent ne permettrait que de maintenir des ressources pour contrôler les domaines qui sont en liste blanche.

Si vous souhaitez savoir si votre site répond aux critères de liste blanche, voilà la réponse sur le site d’AdBlock Plus  (en franglais bien sur) :

Quelles sont les pubs « acceptables » ?

Nous avons actuellement les exigences suivantes :

  • Publicités statiques seulement (ni animation, ni son, ni rien d’analogue)
  • De préférence textuelles, sans image accrocheuse
  • Position des publicités :
    • Ads should never obscure page content (e.g. require users to click a button to close the ad before viewing the page).
    • For pages featuring a reading text ads should not be placed in the middle, where they interrupt the reading flow. However, they can be placed above the text content, below it or on the sides. The same applies to search results pages: paid search results cannot be mixed with organic results.
    • When ads are placed above the content of a main page, they should not require the user to scroll down. The available vertical space is likely to be at least 700 pixels. Advertising should not occupy more than one-third of that height. Paid search results on search pages are allowed to occupy more space, but they should never outnumber organic results.
    • When placed on the side ads should leave enough space for the main content. The available horizontal space can be expected to be at least 1000 pixels, and advertising should not occupy more than a third of that width.
  • Advertising should be clearly marked as such with the word « advertising » or its equivalent, and it should be distinguishable from page content, for instance via a border and/or different a background color.
  • Marking and placement requirements do not apply for hyperlinks with affiliate referrer IDs embedded in the content of the page. Additional criteria for hyperlinks with affiliate referrer IDs:
    • Redirects originating from the hyperlink should not present any other webpage than the destination page.
    • In texts, not more than 2 percent of the words can be hyperlinked for monetization purposes.
    • Hyperlinks should not be formatted or behave differently than other links.
    • Hyperlinks should not be misleading, in either content or placement.

These criteria are not necessarily final; we are always working at improving them. In particular, we want to require that every user’s privacy is respected (e.g. mandatory Do Not Track support). However, we are not yet in a position to enforce that requirement.

 




Adapté de: Techcrunch