AdChoices : du nouveau en Europe sur les best practices liées aux cookies publicitaires

mai 10, 2012

Déjà répandue aux USA, l’icône AdChoices va également sûrement devenir un standard de l’industrie publicitaire en Europe. Suite à l’ordonnance européenne sur l’obligation d’information aux consommateurs quant à l’utilisation de cookies publicitaires, qui impose un consentement préalable du consommateur avant utilisation de ses données à des fins de publicité comportementale, le secteur s’organise.
Plusieurs de ses représentants (médias, agences, annonceurs, data providers, etc.) ont donc convenu d’utiliser désormais l’icône AdChoices afin de normaliser les pratiques.

Au delà d’un simple logo, le site YOC (YourOnlineChoices.eu) a également été lancé afin de proposer une plateforme commune et pratique pour les internautes qui souhaitent refuser (ou accepter) l’utilisation de cookies anonymes à des fins publicitaires.

Preuve de la bonne volonté (contrainte et forcée ?) des acteurs du secteur, des objectifs chiffrés ont été mis en place : fin juin 2012, 80% des 113 sociétés signataires devront avoir mis le système en place.
Comme ce type de publicité est très efficace et pertinente pour les campagnes RTB via les Ad Exchanges, on retrouve parmi les premiers signatures nombre de sociétés emblématiques du secteur : Google, Criteo, Microsoft Advertising, Yahoo! ou Valueclick par exemple, mais également plusieurs DSP parmi lesquels MediaMath, Turn et Appnexus.

Les enjeux sont de taille : ces engagements seront scrutés par la Commission Européenne, et auront un impact sur les discussions à venir sur la protection des données au niveau Européen (i.e. la création d’une CNIL européenne, avec des règles strictes et plus restrictives).

Après différentes chartes déontologiques mises en place en France  et des guides de best practices, les acteurs du secteurs passent désormais dans une phase plus avancée avec le lancement d’AdChoices et YOC. La communication vers les consommateurs ne sera pas négligée avec plusieurs campagnes de publicité online et de RP dès le mois de juin.

Ce changement initié politiquement pourrait avoir de très fortes conséquences sur l’économie, et nécessite qu’une démarche cohérente soit menée par les sociétés impliquées, la Commission Européenne et nombre d’organisations du secteur, parmi lesquelles on compte notamment l’ARPP, la Digital Advertising Alliance (EDAA), une entité associée à l’Alliance Européenne pour l’Ethique en Publicité (EASA).

Les enjeux sont vitaux pour le secteur, saura-t-il s’auto-réguler rapidement et intelligemment ? L’année 2012 sera quoi qu’il arrive décisive en Europe.

AM