Avec Media Optimiser Adobe renforce sa présence dans le marché programmatique

avril 3, 2015

Adobe_vidéoAdobe a annoncé l’intégration d’un volet d’achat programmatique de médias au sein de son outil Media Optimiser, utilisé jusqu’ici beaucoup plus pour l’achat de liens sponsorisés que de display. Cette annonce vient renforcer l’entrée et le développement d’Adobe dans le marché publicitaire programmatique. L’outil se place en parallèle à la plateforme de gestion de données (DMP) – Audience Manager – qui permet l’intégration avec les DSP du marché au sein de la solution de marketing dans le nuage d’Adobe et qui est désormais renforcée par l’introduction d’une place de marché de données tierces parties. Là aussi il s’est agit d’une annonce importante, puisque cette place de marché doit servir à simplifier le processus d’intégration des données tierces parties, disponibles désormais directement au sein de l’interface d’Adobe, sans que celui-ci ne se positionne a priori comme intermédiaire.

Adobe audience managerCe sont des signes forts d’entrée d’Adobe dans le marché de la publicité programmatique, car, d’une manière générale, il continuerait d’exister un vide entre ce que les outils classiques de marketing dans le nuage permettent de faire avec les données 1st party et l’univers programmatique de l’achat et de vente d’impressions publicitaires. Les observateurs et analystes américains mettent en avant que les deux systèmes ne communiquent pas encore. Les premiers, centralisés au sein de nuages, offrent toute une panoplie de déclencheurs marketing, ou triggers, programmés en fonction du comportement de l’internaute sur le site de la marque, qui entraînent le déploiement de campagnes par sms, emaling, notifications in-app ou d’achat display sur des réseaux social identifiés. Ils ne seraient en revanche pas tout à fait connectés au tracking du type cookie et à l’achat de bannières ou impressions vidéo sur les ad exchanges. Bref ils n’intégreraient pas encore d’interface avec les plateformes d’achat et de vente de médias sur les ad exchanges.

Au vu de ces différentes annonces qu’Adobe vient de communiquer, ceci serait donc en train de changer. Bien que les transactions majoritaires soient dans le search, Justin Merickel, directeur d’Adobe Media Optimiser, explique en interview à adexchanger que l’achat de bannières a plus que triplé en 2014 et que la même performance est attendue pour 2015. « 35% des clients d’Adobe ont utilisé le volet DSP du Media Optimiser », a-t-il déclaré.

Pour les observateurs, bien qu’Adobe soit en train d’arriver tardivement dans le marché des ad exchanges, il aurait un avantage compétitif, celui de proposer ses solutions DSP et DMP au sein d’un ensemble plus large de services marketing dans le cloud. Alors que les DSP sont des solutions du type spécifiques et indépendantes.

Vidéo et mobile

Adobe annonce également l’intégration de sa plateforme d’achat d’impressions vidéo sur différentes écrans, Adobe Primetime, dans le cloud marketing de l’entreprise ce qui signifie qu’elle travaille désormais en interface avec la DMP. « Adobe Primetime la plateforme télé multi-écrans utilisée par NBC Sports, Comcast, Turner Broadcasting, Time Warner Cable, entre autres, permet désormais aux marketeurs d’importer des données d’audience 1st, 2nd et 3rd party au sein d’Audience Manager et d’exécuter des campagnes publicitaires sur des segmentes spécifiques et ciblés. Avec le capping de fréquence multi-écrans, les agences médias peuvent diffuser des publicités personnalisées à travers les différentes plateformes tout en s’assurant que le même utilisateur avec plus d’un appareil n’aura pas à voir la même publicité plus que le nombre d’expositions désiré. »

L’entreprise a en outre annoncé la simplification de ces outils de marketing mobile avec une seule interface pour la construction, la gestion et la promotion d’applications mobiles. Plus de détails sont disponibles ici.

LUL

audience