Axel Springer souhaitant se séparer de Smart AdServer, tour d’horizon des possibles repreneurs

décembre 15, 2014

Smart ad server_david pirononLa rumeur était donc vrai. Le plus gros groupe allemand de presse à savoir Axel Springer vient de confirmer, via sa filiale Au Feminin son souhait de se séparer de son ad-server et SSP, Smart Ad Server. L’information a été révélée vendredi midi par Reuters.

« A la suite d’informations parues dans la presse, aufeminin confirme qu’elle a engagé une revue stratégique de sa participation dans SmartAdserver, envisageant différentes hypothèses pour cette société, en particulier une cession », écrit la société dans un communiqué. « Aufeminin n’est pas en mesure de confirmer à ce stade si cette revue aboutira ou non à une transaction et dans quelles conditions. »

Créée en 2001, Smart Adserver édite une solution de gestion de campagnes publicitaires sur smartphones, applications mobiles, tablettes et sites internet, et attribue des espaces publicitaires en ligne via des enchères réalisées en temps réel.  Elle a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 13,1 millions d’euros, en hausse de 10% par rapport à 2012, soit 21,8% des ventes totales d’Aufeminin qui se sont établies à 60,1 millions d’euros. Son excédent brut d’exploitation (Ebitda) est passé en revanche de 4 millions d’euros en 2012 à 3,6 millions en 2013. Smart Adserver compte 365 clients dans le monde, dont en France Le Monde, Le Figaro, Canal+, L’Equipe, Le Parisien, SFR, Publicis, Boursorama, Deezer ou encore AlloCiné.  Le groupe Aufeminin, détenu à 80,8% par le groupe de médias allemand Axel Springer, se compose d’Aufeminin Publishing, avec sa marque phare Aufeminin.com, et de Smart AdServer.

adservingAlors que les briques programmatiques de DSP et d’AdServer sont en train de fusionner, Smart AdServer présente une complémentarité naturelle avec n’importe quel SSP. La faiblesse actuelle des SSP comme Rubicon ou OpenX se situe au niveau des capacité d’Ad Serving. Dans la liste des acquéreurs potentiels figurent aussi Yahoo, AOL, Improve Digital et à un degré moindre PubMatic. A noter qu’une surprise pourrait venir de la part d’un acteur comme Criteo, Adobe ou d’une agence média comme Publicis. Bien entendu, ceci ne sont que des hypothèses.

Il n’en demeure pas moins que dans l’univers du programmatique, la brique d’AdServing est devenu stratégique, d’ailleurs ce n’est pas pour rien que Facebook s’est offert Altas et Appnexus a mis la main sur OpenAdStream. A noter que le montant de la transaction serait compris, selon nos estimation entre 20 et 40 M$.

Et selon vous, qui devrait s’offrir Smart Adserver ?

 

Pierre Berendes