Branding : skinected ouvre le RTB aux formats publicitaires qui ne sont pas standardisés

janvier 15, 2013

Skinected_logo_wTagIl y a des jeunes poussent qui méritent un coup de projecteur. Skinected en fait partie. Elle permet d’ouvrir le marché du RTB au branding de site. La jeune pousse se connecte à des SSP comme Appnexus ou Rubicon. Elle permet aux annonceurs et éditeurs d’échanger en temps réelsur de formats « natifs » c’est-à-dire un habillage customisé dont le CPM est traditionnellement vendu plusieurs dizaines d’euros. Skinected désire standardiser ce type de publicité en s’appuyant sur une technologie propriétaire qui vise à éliminer le développement rich media. Cette promesse n’est pas nouvelle. Dans la fin des années 90, les deux fondateurs, Stefan Kosel et Chip Meyers ont tenté d’intégrer ces formats « non conventionnels » sur des sites dédiés au cinéma. Depuis cette époque, l’intégration et le trafficking entre de multiples éditeurs demeurent une opération complexe.

0Aujourd’hui, la jeune pousse américaine ne compte que 5 collaborateurs. Elle s’appuie donc sur la place de marché d’Appnexus. Il s’agit avant tout d’un défi technique liés au trafficking de ces habillages publicitaires personnalisés. Pour ceux qui ont l’habitude de gérer ce genre de choses, c’est un vrai casse-tête et les opérations sont très chronophages pour les agences médias. Avec l’essor des ad exchange, Skinected désirer enlever le frein à l’essor de ces formats non normés par l’IAB sur les plateformes d’échanges en RTB.

Le gros médias ne constituent pas le cœur de cible. Par contre, ce sont les sites d’audience petite ou moyenne, qui n’ont pas de force de vente assez structurée pour commercialiser des opérations de branding ou encore les gros réseaux qui représentent des milliers de sites qui peuvent tirer profit de la technologie développée par Skinected. La promesse réside dans l’automatisation de la mise en place d’opérations de branding sur des milliers de sites partenaires en un clic de souris. Cette opération évite d’entrer en relation avec chaque webmaster. Aujourd’hui, ce travail de titan exclut les plus petits éditeurs de ces opérations spéciales et le temps nécessaire freine aussi les agences média.  Aux annonceurs, Skinected promet d’élargir les opérations de branding sur des sites plus petits ayant une audience plus ciblée. Pour ces petits éditeurs, c’est donc l’opportunité de monétiser leur page d’accueil et espérer obtenir un CPM 5 à 10 fois plus important. Pour les réseaux et régies c’est la promesse de déployer une campagne sur des milliers de sites en quelques heures. Que demander de plus ?

skinected.com_medium

Dans l’arrière-boutique, Skinected gère les différent scénarios, la compatibilité avec les différents navigateurs et terminaux de façon à ce que chaque impression soit la plus visible possible. En effet, de nos jours les opérations de branding sont si complexes que même lorsqu’un annonceur achète 1 million d’impressions, il est fréquent que 50% ne soit pas affichés en raison des contraintes techniques. Depuis 2 ans, Skinected s’est focalisé sur les achats programmés en temps réel. Son ambition est simple : y apporter la possibilité d’effectuer des opérations de branding à large échelle, de quoi révolutionner le marché. A ce jour, Skinected compte plus de 60 partenaires qui relaient sa technologie sur des milliers de sites américains. La start-up se rémunère à la fois pour la mise en place de sa technologie (set-up fee) puis ensuite prélève un pourcentage sur la valeur du média. En 2013 pour éclore, Skinected a besoin de séduire les agences qui conseillent les annonceurs. Un beau défit pour une jeune pousse très très prometteuse. Nous espérons que cet article fera écho auprès de certaines régies ou trading desk… Il ne nous reste plus qu’à contacter @RTBenabled


//