Comment combattre les zombies du marketing ?

mai 2, 2014

Cette fois-ci il s’agit bien de zombies. Non pas de machines zombies, qui, créées par des logiciels malveillants, infectent les ordinateurs et sont à l’origine de fausses impressions, mais bien des humains zombies… En tout cas c’est bien cette manière (certainement pas la plus diplomatique) que l’entreprise AtTask, de solutions en mangement d’équipes et de grandes entreprises, a choisie pour nommer les différents profils de personnel dont la productivité est atteinte par toutes sortes de problèmes relevant d’un mauvais management. Et le marketing en est lui aussi victime.

L’infographie ci-dessous a le mérite de nous dévoiler un certain nombre de chiffres assez édifiants, de comportements à problèmes et des solutions, avec une pincée d’ironie, voire d’humour, quoique là souvent de mauvais goût. Nous vous présentons quelques-uns de ces profils, du moins ceux qui ne relèvent pas du jugement de valeur parfois un peu trop poussé par les auteurs à notre goût.

Zombies_AtTaskworking-dead-lower-2014_IntroQuelques profils :

–  Les « troupeaux » sont les profils d’employés qui acceptent les tâches que l’on leur confie sans esprit critique ni procédures d’évaluation sur la pertinence de ces demandes au vue des moyens dont ils disposent et de leurs objectifs. Conséquence directe : ils seraient 50% à affirmer être en contexte de sous-effectifs et 50% à travailler plus de 40 heures par semaine.

– Les « chenilles » sont ceux qui sautent des étapes – pourtant prédéfinies – pour considérer le travail comme ayant été fait (ils seraient 64% à le faire).

– Les « coureurs » : à l’allure frénétique, coulent sous des flots d’emails, ce qui ne fait qu’augmenter leur anxiété. C’est ainsi que 31 heures seraient gaspillées chaque mois avec des réunions improductives et que chaque employé recevrait 304 emails professionnels chaque semaine en moyenne.

–  Les « changeants » – plutôt victimes directes d’un très mauvais système de management – sont ceux qui changent tous les jours de priorité et donc de tâches et projets, sans avoir pu accomplir ceux de la veille. 24% des employées affirment changer tous les jours de priorités, ce qui ne fait qu’augmenter le gaspillage de temps et augmenter le stress.

A vous de lire ci-dessous et de juger.

 

LUL

 

 

Zombies_AtTaskworking-dead-lower-2014