Cookie et faux clics : l’ad-exchange américain Pulsepoint condamné à une amende record

juillet 29, 2013

2013-07-29_012742On ne badine plus avec les données privées des internautes : la justice américaine a décidé de sortir ses griffes. Finie la clémence vis-à-vis des entreprises qui jouent avec les cookies des internautes. Demandez donc à PulsePoint si ce n’est pas vrai.

En effet, PulsePoint, l’un des plus gros ad-exchanges américains vient d’être condamné par un tribunal de l’Etat du New Jersey à une amende de 1 M$ pour avoir porté préjudice aux informations personnelles des internautes équipés d’un navigateur Safari.

pulseL’éditeur basé à New York a délibérément ignoré les règles de Safari qui permettent aux internautes d’empêcher qu’un tiers puisse installer un cookie sur leur navigateur. La fraude est très grave puisque PulsePoint a mis en place un système qui faisait croire aux annonceurs que les utilisateurs de Safari cliquaient sur des bannières publicitaires alors que ce n’était pas le cas. Pour les autorité américaines, il est important et essentiel d’informer les internautes des règles de respect de leurs données personnelles et de montrer que les amendes encourues sont bien plus importantes que les revenus publicitaires qui peuvent être générés par les fraudeurs. En effet, PulsePoint a affiché 215 millions de bannières aux internautes dans le seul Etat du New Jersey entre juin 2009 et février 2012. PulsePoint est né en 2011 de la fusion de Contextweb et Datran Media Corp. Pulsepoint n’a mis fin à ses activités illicites qu’en février 2012 suite à un article publié dans le Wall Street Journal.


Source : Philly.com