Cookie : quel avenir pour le ciblage et le suivi des consommateurs en ligne ?

décembre 23, 2014

audienceLes cookies n’étant plus capables de permettre à tout un chacun de suivre les mouvements d’un consommateur à travers sites et applications sur desktop et mobile, le tracking devient une affaire d’environnements : Facebook, Google, Amazon, Ebay… chacun permettant le suivi de ses membres dans une logique d’environnement logué.

Pour des raisons de données propriétaires et de sécurité, ces différents environnements sont des jardins hautement clôturés, explique Eric Picard, CEO de Rare Crowds, start-up qui vient de se faire acheter par la plateforme DSP MediaMath. Pour des raisons de business aussi, évidemment. Mais face à de monstres qui verrouillent l’accès à ces capacités de ciblage, suivi, reporting et analyse pour des fins marketing, que feront tous les autres éditeurs qui n’ont que leur propres sites et applications comme horizons, limitant ainsi leur données 1st party ?

cadenas« Ces éditeurs n’ont pas d’accès aux activités cross-sites et ils n’auront aucun moyen pour concurrencer les efforts des grands dans ce domaine. Ce sera difficile pour les éditeurs, mêmes les plus gros d’entre eux, de résister au moment où ils devront se connecter à ces jardins clôturés », regrette-t-il.

Et il le regrette parce qu’il considère que pour que cette industrie continue de se développer il lui faut se baser sur des environnements ouverts, qui permettent cette expansion, dans un contexte de coordination, de standards, à l’image du Open RTB. Bref, il y aurait de la place pour tous suivant sa logique.

« Même les plus importants acteurs devraient appuyer ces initiatives ouvertes parce que, laissant de côté les quelques augmentations sans commune mesure qu’un ou deux acteurs peuvent obtenir, nous nous trouvons dans une phase de croissance massive et une approche ouverte a déjà prouvé être le meilleur moyen pour développer l’industrie et les secteurs », défend-il.

Nul doute cependant que les grands ne lâcheront certainement pas le morceau. Ce qui ne voudra pas nécessairement dire que les petits se laisseront prendre. « Je prévois une tendance à une plus importante création de consortium dans cette industrie autour de la thématique de l’identité, comme une réponse directe à ces jardins clôturés que sont en train de se construire en ce moment même », dit-il.

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

 

LUL

 

Lire ici son billet publié par adexchanger.