Fraude : le secret de DataXu (et de DoubleVerify)

mai 2, 2016

DataXu-fraud_open

Tandis que les fournisseurs de solutions de sécurité et d’analyse de la qualité des impressions publicitaires passent leur temps à lancer des alertes au sujet de la fraude des fausses impressions et des dangers des robots, d’autres viennent vanter, au contraire, les millions de dollars qu’ils font économiser aux marques grâce à leur environnement sûr. C’est le cas de DataXu avec son rapport sur la fraude publicitaire en 2015, publié début avril.

Évaluée à plus de $1 milliard selon TechCrunch, la plateforme demand side (DSP) et de gestion de données (DMP) DataXu est parmi les plus performantes du marché selon Forrester (lire ici). Et si l’on croit aux chiffres qu’elle vient de dévoiler, elle serait parmi les plus sûres aussi : seuls 2,85% en moyenne des impressions transitant sur sa plateforme en 2015 seraient de nature frauduleuse (contre 11% en moyenne aux États-Unis ou 6% en France selon Integral Ad Science).

DataXu va jusqu’à affirmer qu’elle a ainsi permis de sauvegarder $ 54 Millions à ses clients durant l’année « avec zéro coût additionnel » pour la mise en place de son initiative de lutte contre la fraude.

CDataXu-fraud filtersomment ?

Mais justement comment y est-elle parvenue ? En investissant en technologie propriétaire et tierce (de DoubleVerify notamment) lui permettant de pré-analyser tout inventaire sur tous les canaux avec notamment « cinq filtres de protection avant enchère », à savoir des filtres de détection de robots, de fraude sur site, de prévention d’activité suspecte, de scan de logiciel malveillant et de blocage de contenu (brand safety).

Mais aussi en contrôlant la qualité de ses fournisseurs : en février 2016 seulement, la plateforme aurait déconnecté manuellement ses tuyaux de l’inventaire de 384 éditeurs pour cause de qualité insuffisante… « Et cela a été fait en complément du filtrage automatique pour prévenir la fraude et garantir la brand safety », indique le document.

DataXu-fraud by exchange

Luciana Uchôa-Lefebvre

(Images : DataXu, « The 2015 Advertising fraud report », avril 2016.)