Géolocalisation : les datascientists de PlaceIQ améliorent le ciblage sur le mobile

novembre 20, 2013

PlaceIQ cherche à aller un peu plus loin en combinant l’analyse des données de géolocalisation (à partir des identifiants des appareils) avec l’historique du consommateur, solutions offertes par les nouveaux produits PIQ Analytics and PreVisit. Elle n’est certainement pas la seule. Les entreprises de l’ad-tech sont de plus en plus nombreuses à fournir des outils de ciblage à partir des données de localisation extraites des téléphones mobiles.

L’entreprise américaine travaille depuis 2010 dans l’analyse et le ciblage d’audiences via la localisation, en proposant une plateforme de données à partir de la géolocalisation. PlaceIQ avait déjà également mis au point en 2012 son taux de visite du lieu (PVR) qui mesure le pourcentage d’utilisateurs exposés à la publicité de la marque qui ont effectivement et physiquement visités le magasin correspondant.PlaceIQ_Conquest

L’entreprise construit les segments d’audience à partir d’informations fournies par les offres d’impressions venues des éditeurs. Ces informations incluent souvent les identifiants des appareils (comme pour Apple, les IDFA) mais aussi la latitude et la longitude. Ensuite, l’entreprise les combine avec des données du recensement (en France ce serait l’INSEE), démographiques et sociales et tout autre information que l’utilisateur choisit de partager au sein d’applications. Le PDG de PlaceIQ déclare à Adexchanger que « son équipe de data scientists fait de l’anthropologie sociale, analysant tout type de data pour donner du sens aux comportements des consommateurs ».

L’avancée réside aussi dans le fait que les analyses se basent sur le comportement des utilisateurs dans la vie réelle. La géolocalisation – avec donc les actions physiques – permet ainsi d’enrichir l’analyse pour la pub digitale. C’est ainsi que d’autres types de données sont ajoutées pour permettre cette analyse, comme quels concurrents l’audience d’une marque est susceptible de visiter, les magasins et restaurants qu’elle fréquente, le type d’appareil mobile qu’elle utilise, où  était-elle avant d’arriver sur le lieu de la marque etc. Le slogan de l’entreprise résume cela très bien : « Transformer le temps et la localisation en contexte. »

Grâce à la richesse de la façon dont on les analyse, les données de localisation sont en train d’aider de plus en plus les marketeurs à comprendre les habitudes et comportements des audiences mobiles. A savoir cependant : la technologie ne permet pas à PlaceIQ de déterminer précisément où l’utilisateur se trouve.

L.U.L.

2013-11-19_225504