Google, Facebook, AOL et Twitter s’unissent (à nouveau) pour combattre des escroqueries sur les publicités sur Internet

mai 14, 2014

fraud-rotatorUne alliance pour combattre des escroqueries sur les publicités sur Internet, notamment les robots et logiciels malveillants à l’origine de fausses impressions publicitaires. Voilà ce que viennent de lancer (de nouveau) les géants de cette industrie Google, Facebook, AOL et Twitter.

La TrustInAds.org semble être la renaissance de « Ads Integrity Alliance », née il y a deux ans, lancée par les mêmes partenaires et déjà ensevelie. A l’époque déjà Ads Integrity Alliance se donnait trois objectifs principaux : proposer des recommandations et meilleures pratiques à l’industrie dans la lutte contre les malfaiteurs ; servir de plateforme pour le partage d’informations au sujet des acteurs malveillants et des escroqueries ; partager les informations au sujet des principales tendances de ces pratiques malveillantes avec les agences en charge de l’application de lois et législateurs.

Ces objectifs restent toujours les mêmes sur TrustInAds.org, mais avec un acteur nouveau : le consommateur, mis au cœur du dispositif. Ceci fait de cette nouvelle alliance une façon également de dorer la pilule de la publicité personnalisée (et programmatique) sur Internet auprès des consommateurs.

Ainsi toute personne qui aurait aperçu une publicité jugée nuisible ou trompeuse a désormais la possibilité d’en faire part directement sur le site TrustInAds.org (on peut imaginer qu’ils seront vite débordés !). Des alertes et infos les aideront à les détecter.

Tout à propos, un premier rapport vient d’être mis en ligne justement pour informer les consommateurs sur les logiciels malveillants qui peuvent infiltrer leurs postes (cliquez ici pour y accéder). Cela arrive souvent avec de fausses propositions d’assistance technique, nous explique le document.

Exemples de escroqeuries

« Même si limitées en volume et en envergue, ces publicités pour de l’assistance technique escroquées que les membres de TrustInAds.org ont découvertes posent de véritables problèmes pour les victimes, mais aussi aux plateformes publicitaires, éditeurs et annonceurs légitimes », explique le rapport. En deux mots : l’industrie toute seule n’arrive pas à endiguer le phénomène et fait désormais appel à l’aide des utilisateurs.

Cette nouvelle tombe peu de temps après l’achat par Google de Spider.io, qui propose une technologie de lutte contre les robots. Cette décision montrait déjà bien combien les inventaires « robotisés » et donc non-humains sont devenus un véritable fléau pour sa régie publicitaire DoubleClick (voir notre article ici).

Lors du lancement de « Ads Integrity Alliance «  en 2012, Google le présentait comme une action similaire, ici spécifique à la publicité, à celle mise en place depuis 2006 par l’association StopBadware basée à Cambridge et soutenue par Google, Mozilla, Qualys, Yandex, entre autres, pour combattre les sites malveillants, virus et autres espions.

We-Stop-Badware

Coup de pub ou véritable avancée ?

Qu’en pensez-vous ?

LUL