InMobi accusé de cibler des consommateurs sans leur accord, puni pour le tracking localisé d’enfants

juin 24, 2016

Fléchettes_ciblage

Le réseau publicitaire et ad exchange d’applications mobiles InMobi vient d’écoper une lourde amende que lui a infligée la Federal Trade Commission, organisme qui veille au respect des consommateurs aux États-Unis. L’entreprise indienne devra payer $ 950 000 « pour avoir traqué des enfants sans le consentement des parents », indique le communiqué officiel de la FTC.

L’amende originalement est de $4 millions mais elle a été réduite tenant compte des conditions financières de l’entreprise, déclare la FTC. De plus, InMobi est appelé à « mettre en place un programme complet de respect de la vie privée » et à effacer toute information dont l’entreprise disposerait au sujet d’enfants. Enfin, InMobi n’aura plus droit à l’erreur, toujours selon ce document, selon lequel toute future violation du Code de protection de la vie privée en ligne des enfants (COPPA)  ne sera plus tolérée.

La FTC soutient que l’entreprise cible et suit la localisation de centaines de millions de consommateurs sans leur autorisation, voire même lorsqu’ils le refusent. L’entreprise est donc désormais clairement interdite de collecter des informations au sujet de la localisation des consommateurs sans leur consentement explicite et invitée à respecter les paramètres mis en place par ces derniers concernant leur localisation.

Selon la presse spécialisée, InMobi aurait déclaré que des erreurs ont en effet eu lieu amenant à la mise en place de campagnes de publicité personnalisée à des applications ou sites concernés par le COPPA. Ces erreurs ont été aussitôt informées à la FTC et n’ont été en aucun cas volontaires, selon les déclarations attribuées à l’entreprise. Elles auraient été identifiées durant le processus mis en place par l’entreprise pour adhérer aux principes du COPPA.

Ceci pourrait être la première d’une série d’investigations que l’organisme américain serait susceptible de mettre en place afin de vérifier que les plateformes publicitaires respectent bel et bien les choix des internautes – et notamment mobinautes – en matière de respect de la vie privée. L’avenir nous le dira.

InMobi serait aujourd’hui en mesure de toucher 1,5 milliards de mobinautes dans le monde.

LUL