Interview : Edgar Baudin, co-fondateur de Gamned! Media Desk

janvier 30, 2012

Ad-exchange.fr a pu interviewer Edgar Baudin, co-fondateur et DG de Gamned!, afin de revenir sur les enjeux du marché français des Ad Exchanges et préciser le positionnement et les ambitions de Gamned! Media Desk dans l’éco-système RTB.

Gamned a été créée en 2009 et compte parmi les principaux Trading Desks sur le marché français. Gamned! accompagne les annonceurs pour leur campagne de Display Temps réel sur les Ad Exchanges. La société regroupe 19 collaborateurs et annonce un CA de près de 2M€ en 2011.

Ad-exchange.fr : Edgar, quel regard portez-vous sur l’eco-système des Ad Exchanges en France aujourd’hui ?

2011 a indéniablement été  l’année de la découverte des Ad Exchanges en France, 2012 devrait marquer le réel décollage des investissements. 30M€ ont été investis en RTB sur 2011, la barre des 100M€ devrait être franchie cette année grâce à une adoption grandissante des annonceurs du Display temps réel.

De nombreuses initiatives voient le jour, concernant la technologie et les services proposés. Cependant, la phase d’éducation n’est pas terminée : les Ad Exchanges sont à la mode, mais nombre d’annonceurs et d’éditeurs n’ont pas encore réellement testé ni appréhendé tout le potentiel de cette révolution publicitaire.
SSP, DMP, DSP, RTB et consorts restent pour la plupart des acteursde mystérieux acronymes…


Ad-exchange.fr : Qui va tirer la demande en 2012 : les annonceurs directement, les agences média traditionnelles, les Trading Desks ?

Les premiers acteurs a avoir acheté du volume sur les Ad Exchanges sont les retargeters, cependant leur utilisation s’est limitée à leurs besoins propres. En 2012, les Trading Desks devraient confirmer qu’ils canalisent la majorité des investissements en display temps réel. Pour une raison simple : il est encore complexe pour un non-expert de se lancer dans ce nouveau type d’achat Media, qui implique également des interactions avec la Data et les Créas Dynamiques par exemple.
Les pure players semblent donc avoir toute leur place dans l’année qui vient.

Ad-exchange.fr : Comment se distinguent les offres des Trading Desks ? Quelle est le positionnement de Gamned ?

Aujourd’hui il existe 2 grands types de Trading Desks : les pure players, dont nous faisons partie, et les Agency Trading Desks, qui ont été créés au sein de certaines grosses agences Media.
Comme le RTB change radicalement le process d’achat media (en automatisant en temps réel un process qui impliquait avant plusieurs dizaines d’opérations manuelles, de coups de fils, etc.), c’est une véritable révolution que vivent les Agences Media traditionnelles dans leurs méthodes de travail.
Les pure players se sont organisés sur ce métier nativement, ils devraient donc naturellement être plus adaptés à cette révolution du Display.

Concernant Gamned!, nous avons fait le choix d’ajouter à la compétence achat media une forte composante technologique, ce qui nous différencie de nos concurrents. Notre équipe de développeurs travaille depuis bientôt 3 ans au développement de nos outils propriétaires, en collaboration exclusive avec un laboratoire de recherche spécialisé notamment sur la sémantique et les statistiques.

Ad-exchange.fr : Quels outils avez-vous développés, êtes-vous DSP ?

Nous utilisons notamment Appnexus comme DSP, et nous avons développé une sur-couche propriétaire sur cette solution. En effet, nous croyons que si la partie Achat Media en temps réel est indispensable, elle ne suffit pas à profiter de tout le potentiel des Ad Exchanges qui permettent de cibler des audiences avec précision.
Par exemple, utiliser des bannières publicitaires statiques traditionnelles pour communiquer avec des audiences ultra-ciblées revient à brancher un magnétoscope VHS sur un écran plasma dernier cri !
Nous avons donc développé une solution de bannières dynamiques (dites DCO), qui permet de proposer en temps réel un message personnalisé et adapté à la cible qui est exposée à cette publicité : cette technologie est indispensable pour bénéficier de tout le potentiel des AdEx. Les bannières dynamiques étaient utilisées uniquement en retargeting produit par les Retargeters : nous les utilisons également sur des campagnes d’acquisition et de notoriété avec des résultats très prometteurs !

Ad-exchange.fr : Comment rassurez-vous les annonceurs qui restent encore frileux quant à l’utilisation de ce mode de diffusion largement automatisé ?

Notre technologie propose aux annonceurs un Tableau de Bord de leurs campagnes accessible en temps réel et qui leur garantit une transparence maximale. Nous avons également un outil « Brand Safe » propriétaire qui garantit aux annonceurs qu’il ne seront pas diffusés sur des sites qu’ils ne souhaitent pas voir associés à leur marque (du streaming par exemple, mais pas que !).

Ad-exchange.fr : Mobile, Rich Media seront-ils de la partie en 2012 ?

Le marché est en phase de structuration, tout comme le marché du Mobile dans son ensemble. De plus en plus d’inventaire est disponible (via les applications ou en display) sur les Ad Exchanges ; l’absorption d’Admob par Google est un signe fort.
Aujourd’hui, seuls 2 clients nous ont demandé des campagnes significatives exclusivement vers le mobile, la plupart des annonceurs sont encore en phase de test, car la publicité sur le mobile ne répond pas aux mêmes règles.
Nous anticipons cependant une augmentation forte dès cette année.

Ad-exchange.fr : les 3 mots-clés du marché selon vous en 2012 ?

Transparence, pertinence et performance. C’est d’ailleurs notre motto !

Ad-exchange.fr : Merci Edgar, bonne continuation.