La France, pays au meilleur taux de visibilité publicitaire au monde, selon IAS

mai 17, 2016

RapportIAS_T12016_open

Dès le trimestre dernier Integral Ad Science annonçait des niveaux record à la fois de la baisse de la fraude des impressions publicitaires en France et de la hausse de la visibilité. Pour ce qui est de la visibilité en tout cas cette fois-ci, cette tendance se poursuit selon le tout dernier rapport publié par IAS, qui enregistre une nouvelle hausse record d’impressions visibles qui passent à 60,9% le premier trimestre de l’année, soir 7,4 points de plus par rapport au dernier trimestre de 2015 quand la hausse avait déjà été significative (lire ici).

La France arrive ainsi première au niveau mondial en termes de taux de visibilité, toujours selon ce rapport, devant le Royaume-Uni (57%), l’Allemagne (53,7%), les États-Unis (52%) ou l’Australie (45,9%), quelle que soit la durée de visibilité.

La raison d’un tel niveau de visibilité ? L’entreprise ne rate pas l’occasion pour s’autoproclamer garante d’une visibilité améliorée, en indiquant dans un communiqué que « cette hausse est notamment tirée par le programmatique et l’utilisation intensifiée des segments pre-bid d’Integral Ad Science ». (Il est indiscutable que IAS est un acteur très respecté de ce marché et que depuis l’ouverture de son bureau en France l’entreprise ne cesse de signer des contrats avec d’acteurs de poids dans le pays, sujet que nous couvrons régulièrement ici. Mais de là à n’évoquer que leur solution comme une explication raisonnable de l’amélioration de la visibilité nous semble peu scientifique comme analyse !) Selon l’entreprise, et d’après ses propres chiffres, il s’agit de la première fois où  le niveau de visibilité des achats programmatiques dépasse celui des achats directs (59,8%).

RapportIAS_T12016_fraudeLa fraude repart à nouveau

Alors que leur tendance était à la baisse, voici que les impressions dites frauduleuses repartent à la hausse en France, selon IAS, qui a observé un niveau moyen de 7,7% sensiblement supérieur aux 6% du trimestre précédent, et derrière seulement celui observé aux États-Unis, de 8,3%.

La qualité de l’environnement de diffusion en revanche s’améliore significativement notamment en France, leader aussi sur ce point. Ici seules 6,9% des impressions ont été publiées sur des sites problématiques contre 9,9% au 4ème trimestre 2015, et contre 7% au Royaume-Uni ou 9,1% aux États-Unis. « Ce recul s’explique principalement par une moindre diffusion sur les sites adultes et sur les sites de téléchargement illégal. »

L’encombrement publicitaire, nouvel indicateur

« Une étude réalisée récemment aux États-Unis par Integral Ad Science, IPG Media Lab et Cadreon révèle que les internautes retiennent davantage le message et la publicité si celle-ci est la seule diffusée sur la page consultée. A l’inverse, lorsque la page est encombrée, l’efficacité est moins significative. Enjeu pour les annonceurs, la pression publicitaire l’est également pour les éditeurs. En effet, selon une étude d’Ipsos pour l’IAB, 30% des Français sont équipés d’un ad-block. 1ère raison pour 85% d’entre eux : la saturation publicitaire qui perturbe leur navigation. »

Désormais IAS publiera régulièrement les résultats de son nouvel indicateur qui mesure l’encombrement publicitaire. Dans ce domaine, la France apparaît là encore comme meilleure élève, puisque les premiers résultats indiquent que c’est en France que les pages sont les moins encombrées de publicités. 92,3% des impressions y sont diffusées sur une page peu encombrée, c’est-à-dire comprenant 1 à 3 publicité(s), indique IAS, contre 90,9% en Allemagne, 87,2% au Royaume-Uni, 86,1% aux Etats-Unis et 85,1% en Australie.

« Au total, au 1er trimestre 2016, seules 2% des impressions ont été diffusées en France sur des pages à encombrement élevé ou très élevé, affichant 6 publicités ou plus. Cette proportion est en baisse de 1,7 point par rapport au 4ème trimestre 2015. »

Le rapport d’IAS dresse aussi un panorama global de la vidéo dans le monde, dont nous reproduisons un extrait ci-dessous.

RapportIAS_T12016_vidéo

 LUL

(Images issues de « Qualité média de la publicité sur internet,T1 2016 » Integral Ad Science.)