La fraude des fausses impressions avec des escrocs bien humains qui sont en Floride

juillet 8, 2014

EspionSouvenez-vous de l’affaire de la fraude des fausses impressions servies par Rocket Fuel pour le compte de Mercedes-Benz (lire ici), mise à nue par l’analyse d’une entreprise de sécurité pour les vidéos en ligne basée à New York et à Londres, Telemetry ? Et bien, maintenant on apprend, toujours par Telemetry et Advertising Age, que la plateforme Rocket Fuel (et ses clients annonceurs) a été l’une des nombreuses victimes de l’entreprise Client Connections Media (CCM).

Originaire de Floride, CCM aurait escroqué des millions de dollars d’annonceurs aussi connus que Oreo, Burger King ou Sprint, ou encore d’acteurs majeurs de l’ad tech vidéo comme Brightroll, Adap.tv ou SpotXchange. Le pire est que dans ce cas précis il ne s’agissait pas des programmes immatériels faisant fonctionner des robots sur le dos d’internautes, mais bel et bien d’une entreprise s’affichant comme un honnête réseau de 300… sites, représentée dans différentes événements et dans de rendez-vous réels par un nommé Chris Bradley, très avenant et rassurant, aujourd’hui disparu.

En témoigne à Advertising Age Jason Rubenstein, directeur de développement d’une régie de Californie, Barons Media, elle aussi escroquée en personne par Bradley. « Il était vraiment très intelligent, très bien », affirme-t-il. Le souci est que l’ad tech censée contrôler la qualité des sites de la fausse régie pour Barons Media n’a rien observé d’inquiétant.

Selon Telemetry, il était pourtant facile de se douter de l’activité frauduleuse de l’entreprise, dans la mesure où tout le trafic généré par ses sites était originaire de serveurs professionnels et non pas ceux habituellement utilisés par les consommateurs lambda.

Et les affaires de fraude semblent loin d’être finies, nous laisse entendre le CEO de Telemetry Anthony Rushton.

Lire ici tous les détails, selon ce qui a été reporté par Advertising Age.

LUL