Le header bidding de Criteo

mai 24, 2017

header bidding

La vague du header bidding  passe aussi chez le retargeteur Criteo qui annonce le lancement de son Criteo Direct Bidder « reliant directement l’inventaire publicitaire des éditeurs web au réseau d’annonceurs de Criteo », indique un communiqué. « Les éditeurs sont ainsi garantis de conserver la pleine valeur des impressions que Criteo achète », indique le document.

Mais quid de l’ouverture à la concurrence d’autres plateformes de vente d’inventaires ? A priori elle est tout à fait autorisée puisque les éditeurs peuvent intégrer Criteo Direct Bidder directement sur leurs sites de manière autonome ou à « un wrapper de header bidding existant de type Index ou Prebid », indique le communiqué.

Le retargeteur s’engage sur des augmentations de recettes pour les éditeurs de son réseau pouvant monter jusqu’à 40%. Ceci serait possible grâce à sa capacité à acheter en masse des impressions, de façon à garder une priorité vis-à-vis du reste du marché, d’autant qu’il travaille dans une logique de first price : si le montant qu’il offre est sensiblement supérieur aux autres offres, il payera malgré tout le montant annoncé (contrairement à la logique majoritairement en vigueur dans les ad exchanges où c’est l’équivalent de la deuxième enchère plus un centime qui serait payé).

Le réseau de Criteo compterait à ce jour 250 éditeurs et 15 000 annonceurs dans le monde.

LUL

(Image: Shutterstock.)