Le ménage fait dans l’inventaire de Rubicon paie : 20% d’impressions en moins et + 86% pour le CPM

février 26, 2015

 

frank-addante-rubiconLe SSP américain Rubicon Project souhaite se focaliser sur l’inventaire premium. Ce choix s’avère payant au regard des derniers résultats financiers au 4ème trimestre 2014. En effet, l’entreprise affiche une progressions de 49% de son chiffre d’affaires (41.8 M$ au T4 et 121 M$ en 2014) par rapport à la même période en 2013. Rubicon a su éviter de proposer de l’inventaire de mauvaise qualité qui aurait pu permettre de générer du chiffre d’affaires à court terme et s’est focaliser sur la création de valeur sur le long terme. En effet, l’automatisation commence toujours par l’inventaire bon marché et ensuite va vers le premium. Preuve de ce ménage. L’inventaire est en baisse. On est passé de 1.3 trillions d’impressions en 2013 à 999 milliards en 2014 soit 20% de moins. Le CPM a progressé passant de 0.36$ en 2013 à 0.67 en 2014. Cela s’explique par la monté des private deals dont le CPM est souvent 3 fois plus important que les prix RTB. Le mobile a augmenté de 300% en 2014 grâce aux partenariats avec InMobi et Apple (iAd). Au final Rubicon affiche un bénéfice de 1.3 M$ au T4. Les investisseurs ne s’y trompent pas. Alors que le prix d’introduction en bourse était de 15$, l’action s’échange désormais à 20$.

Autre plus, au dernier trimestre, le New York Post a opéré la vente de sa page d’accueil en programmatique garantie, une première pour un éditeur. A noter que le marché non américain représente désormais 40% des revenus de Rubicon qui fait équipe en France avec La Place Media et eBay.

On ne parle pas assez de Rubicon, en France on saute au plafond quand Criteo affiche 70% de croissance au Q4 2014 … pour Rubicon on est à 60% : ce n’est pas mal non plus et cela mérite d’être souligné.

Pierre Berendes

rubicon-project-office