Le montant retenu par les intermédiaires de la publicité digitale questionné par The Guardian

octobre 26, 2016

The Guardian

Pour chaque livre sterling qu’un annonceur paye à The Guardian pour une campagne publicitaire, ce dernier ne reçoit que 30 pences, dans le scénario le pire. Même si a priori il ne s’agit pas de la situation la plus courante, le fait que cela arrive doit être souligné, déclare le directeur de revenus du Guardian Hamish Nicklin, d’après un article publié par Mediatel, l’organisme à l’origine de l’événement où Nicklin a dévoilé cette analyse, début octobre à Londres.

The Guardian_2Entre les deux que se passe-t-il ? « Il y a énormément d’acteurs différents prenant une petite partie par ci, une autre par là et des fois une très grosse portion aussi. Une partie conséquente de l’argent que les annonceurs pensent donner aux éditeurs premium, en réalité ne nous parvient pas », a déclaré Nicklin. Il n’a pas souhaité nommer les intermédiaires mais des analystes participant à la table ronde auraient évoqué les différents fournisseurs de technologie de l’écosystème programmatique.

Le souci ne semble pas être tant le montant qui est retenu mais surtout le fait que la valeur apportée par les intermédiaires ne soit pas clairement identifiée, d’après ces analyses. Il serait ainsi nécessaire que chaque intermédiaire puisse montrer ce qu’il apporte aux bénéficiaires en échange, pour que l’on ne retienne pas uniquement ce qui leur est payé.

LUL

 

(Images: The Guardian.)