Le plus (et le moins) que les objets connectés pourront offrir aux marques en matière d’e-pub

juin 30, 2014

BigDataIconDélivrer le message publicitaire qui va bien à l’instant même où vos clients potentiels ont besoin de votre produit ou service ? Mirage, rêve ? Non, réalité. La promesse devient possible avec l’Internet des objets, ou les objets connectés, qui permettent de délivrer un message en temps réel grâce aux données qui sont transmises par ces objets au sujet des usages, recherches, localisation, besoins, centres d’intérêt de l’utilisateur et à la capacité du programmatique de permettre aux marques de réagir vite.

C’est déjà à peu près le cas de la publicité personnalisée aujourd’hui, appuyée, tout d’abord, sur l’analyse des données en temps réel, faite par ces machines ultra-puissantes et intelligentes que sont les plateformes de gestion de données (DMP), capables de mouliner tout ce que l’on sait sur son client, l’enrichir, le mettre à jour au fur et à mesure de son cheminement. D’autre part, la capacité de réagir en temps réel que les places de marché offrent aux marques leur permet de désormais « servir » une publicité à l’utilisateur en réaction à une stimulation qui part de lui-même (l’enchère est faite sur une impression qui n’est autre que la présence de cet utilisateur sur un site ou application).

Que donnent alors les objets connectés de plus ? De l’ultra local et une mine d’informations très spécifiques qui servent à enrichir encore plus la connaissance que l’on a de l’utilisateur. Comme le dit Skip Brand, conseiller de la régie premium Martini Media, les objets connectés pourront faire en sorte que l’industrie de l’ad tech offre aux marques une dimension nouvelle, où la créativité et le contenu seront davantage enrichis et recherchés pour toucher chaque individu, plutôt que seulement des comportements ou des contextes.

« La nouvelle génération, qui a grandi avec Internet, aime les environnements du type tablette où les comportements peuvent être mesurés et utilisés pour fournir la bonne publicité au bon moment. Dans la mesure où le consommateur l’utilise et qu’il est même en demande de plus de contenu et d’expériences vidéo, l’industrie des médias digitaux doit épouser ce nouveau monde et continuer d’innover avec le big data et les services localisés, se servant des places de marché programmatiques mobiles », dit-il (lire ici son post).

Mais attention. Un premier pas, plus qu’urgent, est déjà de savoir lire les comportements et attentes des individus. Comme le démontrent un certain nombre d’études dont nous vous avons parlé sur ad-exchange.fr, l’utilisateur de smartphones souhaite concrétiser son achat sur le monde physique et les marques et e-commerçants doivent adapter l’expérience digitale à cette réalité. Les objets connectés seront ainsi des mines d’informations pour que l’on connaisse mieux qui sont ces clients potentiels mais aussi comment souhaitent-ils interagir avec la marque. N’oublions pas que, au bout, il y a le consommateur, et qu’il faudra bien savoir ce qu’il est possible de faire ou pas, notamment pour calibrer la pression et respecter les limites plus que certains de la vie privée.

LUL