Le vœu d’IBM de voir naître un cybergendarme sera-t-il bientôt exaucé ?

juin 5, 2014

IBM_supergendarmeUn mouvement inattendu de votre souris, des interruptions inhabituelles dans votre navigation ou une façon bizarre de glisser vos doigts sur le smartphone se tourneront-ils contre vous un jour ? Ces questions peuvent être posées par plus d’un lorsque l’on apprend la mise au point d’une nouvelle technologie brevetée par IBM pour la lutte contre la cybercriminalité et surtout lorsque l’on lit le communiqué l’annonçant (voir ici). Il s’agit d’un système de détection de la fraude à partir de l’analyse de l’interaction de l’utilisateur sur son navigateur sur des sites et applications. L’objectif est de permettre aux entreprises en ligne et utilisant le cloud d’analyser le comportement des clients et de « déterminer s’ils sont vraiment ceux qu’ils disent être après être entrés dans un site ou application à partir d’un desktop, tablette ou autre appareil mobile ».

Pour donner un exemple de son utilisation le communiqué va loin dans ce raisonnement et laisse une drôle d’impression sur celui qui le lit. « Par exemple, quand des individus accèdent à un site de banque ou d’un commerçant, ils ont une manière inconsciente d’interagir avec lui, comme le fait de cliquer sur certaines zones plus que sur d’autres, d’utiliser les touches flèches vers le haut ou vers le bas du clavier ou uniquement la souris, ou bien de toucher et glisser les doigts sur l’écran d’une tablette ou smartphone d’une manière assez spécifique. » Et, poursuit le texte, comme quand n’importe qui d’entre nous reconnaît des changements dans le comportement ou la voix d’un membre de la famille ou ami, la nouvelle technologie d’IBM sera tout à fait à même de permettre à ses clients d’identifier des changements brusques dans le comportement de leurs clients. Dans le cas où un comportement jugé inhabituel sera détecté, la technologie imposera une nouvelle étape d’authentification à l’utilisateur, comme une autre question.

bigstock_Fraud_Présentée de cette façon, on hésite entre deux attitudes diamétralement opposées : d’un côté, accueillir cette nouvelle de façon favorable, dans un contexte de fléau de fraude dans tous les secteurs des activités en ligne où de vrais problèmes peuvent se poser pour chacun d’entre nous (comme le vol de ses coordonnées bancaires ou l’usurpation de son profil), de l’autre, craindre pour sa vie privée face aux dérives potentielles des technologies d’observation des comportements en ligne, comme pourrait le présenter celle d’IBM.

Le géant semble en tout cas fier de présenter cette innovation, la présentant comme la confirmation de ce qu’il avait prévu il y a six mois, au sujet de la naissance d’un véritable cybergendarme en mesure de combattre efficacement la fraude en ligne (le voir ici).

Le brevet est publié ici.

LUL