Les annonceurs du secteur financier tirent profit du programmatique suivant une logique très premium

juin 11, 2014

A female surfing the web anonymouslyLes grands groupes financiers auraient désormais deux principales façons d’investir leurs budgets médias sur le digital: mettre le paquet sur des actions ultra premium, comme le sponsoring de grands événements, ou bien faire du programmatique. Mais pas n’importe lequel. L’analyse vient de Skip Brand, conseiller de la régie premium Martini Media.

« Plus de la moitié des marques financières vont dépenser leurs budgets publicitaires à travers le RTB et le programmatique aussi bien pour les campagnes de marketing direct que pour du branding », dit-il.

Skip cite des enseignes telles que HSBC, JP Morgan, Goldman Sachs, Citi, Morgan Stanley, Visa, MasterCard et American Express, qui seraient de nouveau, selon Interbrand, dans un « new normal » après la crise de 2008, ce qui implique de gros budgets pour de la publicité. Selon le Journal de Marketing et Publicité Financière, 33% des publicités pour le secteur financier passent par le programmatique.

Et comme il s’agit là de groupes riches, la stratégie l’est, elle aussi : avec de la vidéo, voire que de la vidéo, des places de marché privatives et des outils de mesure de l’impact et de la visibilité. Bref, du pur premium, exactement la cible de Martini Media, au passage.

« Le verre est à moitié plein pour l’espace médiatique digital dans la finance, dans la mesure où celle-ci exige de l’échelle. Ils sont enfin en train de véritablement migrer leurs dollars au sein de l’environnement RTB, lancer de nouveaux produits et bâtir leurs marques », conclut-il.

 

LUL