Les Britanniques plus nombreux à utiliser des ad blockers mais personne ne veut payer les contenus

novembre 25, 2015

IAB_hand for adblocking_1Au Royaume-Uni 18% des adultes utilisent des logiciels servant à bloquer les publicités. C’est plus qu’au mois de juin, quand ils étaient 15% à le faire. Ces chiffres ont été publiés tout récemment par l’Interactive Advertising Bureau (IAB) au Royaume-Uni.

Les raisons le plus évoquées par les personnes interrogées pour expliquer cet usage sont le fait de ne pas vouloir être interrompues (citée par 48%) et le souhait d’avoir moins de publicités affichées sur une page (36%). Parmi les interviewés, 14% ont affirmé qu’ils seraient moins susceptibles d’utiliser un ad blocker si les publicités étaient plus pertinentes.

IAB_UK_adblockerToujours selon cette enquête, le recours aux ad blockers est plus commun chez les jeunes adultes (35% des 18-24 ans contre 13% pour les personnes âgées de plus de 55 ans), et plus développé auprès des hommes (23%) que des femmes (13%).

Fait important : lorsque l’enquêteur explique à l’interviewé que la publicité sert à financer le contenu gratuit sur Internet et que son blocage obligera les éditeurs à faire payer pour ce qu’ils publient, 61% des Britanniques adultes connectés affirment qu’ils auraient préféré avoir du contenu gratuit en acceptant les publicités plutôt que de payer pour avoir accès à ces contenus.

Pour le directeur général de l’IAB Royaume-Uni, Guy Phillipson, une tactique clé pour réduire l’usage d’ad blockers est justement celle qui consiste à sensibiliser les consommateurs aux conséquences du blocage des publicités : « Si plus de personnes se rendent compte que le contenu sur Internet est gratuit uniquement parce que les publicités servent à le payer, moins seront inclines à les bloquer. Seulement 4% souhaitent accepter de payer pour les contenus sans publicités », a-t-il déclaré (lire ici).

LUL

(Images IAB.)