Les pubs injectées : parlons un peu de ce fléau pour les éditeurs

juillet 15, 2014

bigstock_Fraud_Dans le roman des fraudes et escroqueries sur Internet, il y a le chapitre des publicités « injectées », un système qui bénéficie l’auteur de la fraude, mais porte sérieusement atteinte aux éditeurs de sites sur Internet, aux annonceurs, et aux consommateurs. Le sujet est amplement traité par les experts et acteurs de l’industrie et il reste malgré tout plus que jamais d’actualité.

Mais, tout d’abord, comment ça marche ?

L’auteur de la escroquerie s’arrange pour forcer le téléchargement de son logiciel distributeur de pub à l’utilisateur, souvent lorsque celui-ci cherche à télécharger un logiciel, jeu ou programme sur Internet. Des myriades de récits de victimes de ce processus sont disponibles sur la toile. Une fois que l’ordinateur est en quelque sorte infecté par ce logiciel de pub, l’utilisateur se mettra à voir des publicités sur des sites qui ne les autorisent pas, car ils ne sont même pas au courant. Ces programmes travaillent comme des intermédiaires entre les annonceurs et les éditeurs sur les places de marché, sans que ceux-ci en soient informés. Ils facturent la pub aux annonceurs et empochent tout le bénéfice. Le site affiche la pub, mais ne touche rien…

Fraude_Pub injectée

Des pubs injectées des grandes marques sur nos ordinateurs

Un récent récit qui donne la mesure de l’ampleur du problème est celui d’ AdvertisingAge qui est parti tester le logiciel 125 Apps, parfois nommé Engaging Apps ou Innovative Apps, après avoir été alerté par Telemetry, entreprise de sécurité pour les vidéos en ligne. 125 Apps serait parmi les tops escrocs du moment (lire ici l’article).

Ils arrivent à appâter les utilisateurs avec des pubs (qu’ils payent !) proposant des vidéos en streaming, entre autres, nous explique l’article. Et voilà que ce logiciel serait derrière l’affichage de pas mal de publicités de marques comme Walmart, Home Depot, Macy’s, Dell, Samsung et bien d’autres sur des sites de géants comme Yahoo, MSN, Weather.com, YouTube et Help, in fine, tous victimes de la fraude.

« Nous sommes au courant de cela et cherchons des solutions », déclare à AdAge un représentant de Walmart, Jaeme Laczkowski. « Nous employons des outils pour détecter ce comportement frauduleux et donner cette information à notre large réseau de régies partenaires afin qu’ils soient à même de combattre cette pratique », affirme Amy Furman, directeur de marketing de l’assureur Geico, lui aussi étant parmi des annonceurs escroqués par les publicités injectées.

Visiblement l’industrie, les régies, les SSP, éditeurs et places de marché n’ont pas réussi à régler le problème. Certains de ces acteurs agiraient de façon tout à fait ouverte et soi-disant légitime, comme l’ad tech RightAction qui, selon l’article, agit impunément distribuant des publicités via le logiciel 215 Apps… Voyez ci-dessous la vidéo d’AdAge sur le sujet.

 

 

LUL