L’usage de logiciels bloquant les publicités explose et cible surtout la vidéo

avril 13, 2015

adblock2Les rapports et les analyses sur les conséquences du blocage de publicités par les utilisateurs se multiplient. Le Financial Times révélait il y a peu que des entreprises telles que Google, Amazon ou Microsoft sont allées jusqu’à payer la start-up allemande Eyeo pour qu’Adblock Plus, le logiciel de blocage de publicités le plus populaire du marché, arrête de le proposer sur leurs sites. Encore plus récemment, un rapport Wells Fargo indiquerait selon AdAge que l’usage de logiciels servant à bloquer les publicités lors de la navigationAdblock plus sur Internet devient un défi aussi important que le sujet de la visibilité pour l’écosystème de la publicité digitale. Et notamment pour la vidéo.

Cela est dû au fait que l’usage de ce type de solution ne cesse de se développer : selon Business Insider Intelligence, environ 5% des utilisateurs d’Internet dans le monde ont utilisé ce type de logiciel durant le second trimestre de 2014. Cela fait 114 millions de personnes, dont les deux tiers se servent de Chrome ou de Firefox pour naviguer (données PageFair et Adobe).

Ces accords confidentiels révélés par le journal The Financial Times ont été possibles et prouvent que l’enjeu est de taille en effet ! Selon le journal, Google et Amazon n’ont pas souhaité commenter ces affirmations. Concernant Microsoft, l’argument mis en avant par l’entreprise dans l’article est qu’elle continuera de donner le choix à ces utilisateurs en ce qui concerne les publicités. Selon des informations non confirmées officiellement, la start-up allemande pourrait demander jusqu’à 30% de la valeur des revenus additionnels possibles grâce au déblocage. Les websites d’éditeurs de petite taille pourraient accéder en revanche à cette sorte de liste blanche des « publicités acceptables » sans frais additionnel. Les « publicités acceptables » sont des publicités qui ne sont volontairement pas bloquées par le logiciel, car on considère qu’elles respectent un certain nombre de critères imposés aux éditeurs les affichant (pour plus de détails lire ici).

MLG_iconPre-roll

Le rapport Wells Fargo indique que le problème est encore plus visible sur le pre-roll. Ce document montre que le taux de tolérance est bien plus important pour les bannières et que les publicités en pre-roll servent de véritable moteur pour l’adoption de comportements de blocage publicitaire, selon ce que rapporte AdAge. « Les éditeurs ayant un inventaire représenté plus par de la vidéo que du mobile encourent un risque encore plus important de subir les conséquences du développement du  blocage des publicités », conclut l’article.

LUL