Mettre le programmatique au service des éditeurs (étude)

septembre 21, 2015

Etude Google_BCG_éditeurs_open

Google a fait appel au cabinet de consulting Boston Consulting Group (BCG) pour démontrer que le programmatique peut profiter aux éditeurs qui l’adoptent « pleinement ». Selon l’étude mondiale menée par BCG auprès de 25  éditeurs dans différents segments de marché, les éditeurs ayant adopté le programmatique ont constaté une hausse de leur chiffre d’affaires, d’une part, et renforcé leur positionnement à long terme sur le marché, d’autre part.

L’étude montre que les éditeurs « qui exploitent stratégiquement le programmatique, dépassent les performances du marché et augmentent leurs CPM ». En réalité et en pratique,  en utilisant efficacement les technologies programmatiques, ces éditeurs ne font qu’optimiser leur activité, augmentant non seulement leur chiffre d’affaires comme également leurs marges.

Cela paraît merveilleux, non ? Mais que veulent-ils dire au juste par adopter « pleinement » le programmatique ou encore « l’exploiter stratégiquement » ? Il s’agit d’envisager le programmatique non comme une manière supplémentaire de monétiser son inventaire, mais bien comme la principale manière de le faire. C’est créer des activités génératrices de valeur pour son inventaire. Et c’est aussi utiliser toute la panoplie d’outils que le programmatique offre, explique le rapport.

Or, le souci est qu’actuellement seulement 20% du temps des éditeurs est utilisé pour générer des activités créatrices de revenus, comme l’identification de leads ou l’analyse des enchères et des parties d’inventaires qui attirent le plus de demande.

Quatre mesures sont élues comme principales pour y parvenir, selon ce rapport:

– il faut déployer une stratégie de vente cross canal et data qui embrasse aussi bien les ventes directes que celles faites de manière automatisée et qui soit calibrée à la mesure de la place de l’éditeur et des dynamiques du marché;

– il faut comprendre comment les annonceurs évaluent les différents inventaires et audiences et utiliser des technologies et des données permettant justement d’atteindre ces audiences pour les acheteurs, ce qui engendre des prix plus élevés;

– il faut réunir la bonne technologie, qui soit à la fois la manière la plus efficace pour accéder à la demande et l’instrument de prise de décision pour maximiser les revenus;

– il faut développer les bonnes capacités en ventes et yield management et les réaligner pour porter une stratégie cross canal et des objectifs de vente programmatique.

L’étude mérite le détour: cliquez ici pour y accéder.

Etude Google_BCG_éditeurs

LUL