Mobile : Les pages AMP de Google pas encore au top pour les publicités

avril 26, 2016

AMP_Google

Les pages mobiles accélérées (AMP) lancées par Google pour promouvoir un web mobile rapide et efficace peuvent être une superbe solution pour les éditeurs, mais visiblement pas encore pour les annonceurs, d’après ce que rapporte Digiday, ce qui évidemment n’est pas bon pour les éditeurs non plus.

Le quotidien spécialisé explique que les éditeurs publiant en mode AMP, comme le Washington Post, le New York Times et le Financial Times se plaignent du fait que les publicités sont toujours lentes à charger, contrairement au reste du contenu qui se charge de façon quasiment instantanée.

La publicité servie au sein des articles AMP à travers la plateforme programmatique DoubleClick resterait en effet temporairement stockée dans la mémoire cache. « Ce processus signifie qu’elles chargent plus lentement que le reste du contenu », explique l’auteur de l’article, Garett Sloane.

Google serait en train de se pencher sur la question, et aurait affirmé à Digiday que la cause du temps de latence est inhérente à l’écosystème de la publicité. Il faut en effet le temps que les demandes et les réponses circulent entre les ad servers et les plateformes programmatiques, sans compter le poids de la pub elle-même.

Par ailleurs, Google a annoncé que les éditeurs ayant adopté l’AMP seront davantage promus au sein de Google News (voir ici).

Sur  les pages mobiles accélérées de Google, lire ici notamment.

Lire ici l’article de Digiday.

LUL