Perdu au milieu de vos données? Voici une checklist pour une meilleure gestion de la data

août 19, 2014

Il est vrai que les marketeurs semblent souvent noyés par des volumes croissants de données au sujet de leurs clients et prospects et de leurs campagnes. Mais alors, comment s’y prendre, sans pour autant trop dépendre justement de ses prestataires technos ? Erin Fleischli et Navni Garg, de la plateforme demand side Turn, viennent nous livrer leur recette, qui inclut 7 ingrédients.

Turn_data

1. Les données offline ont, elles aussi, leur valeur

Tout d’abord, il faut privilégier, certes, de travailler avec des données complètes et à jour, aussi souvent que possible, mais cela ne signifie pas que des bribes de données, notamment offline, ne soient pas intéressantes : elles le sont !

2. Trouver le critère spécifique à chaque objectif

Même si l’efficience est une règle d’or, au fond à chaque achat média correspond un but spécifique et donc une façon de mesurer les résultats de sa campagne qui lui soit le plus appropriée, même si cela implique d’aller voir l’univers offline.

« Par exemple, si le but est d’augmenter les ventes, une bonne idée serait de vérifier les ventes à chaque mille visites du site, plutôt que seulement contrôler les résultats avec des métriques standards, comme le coût pat clic ou par mille impressions. »

Turn_audience suite3. Posez-vous la question des coûts associés aux données 3rd party

Il est clair qu’une campagne extrêmement ciblée peut engendrer des taux de conversion supérieurs, mais il faut bien calculer si le jeu en vaut la chandelle, car les données ultra ciblées et leur combinaison engendrent des coûts.

4. Testez chaque nouvelle stratégie pour vérifier l’impact de vos décisions concernant les données

« Le fait de réaliser de petits tests à chaque grande décision [comme celle d’intégrer un nouvel éditeur] peut maintenir les marketeurs sur la bonne voie. »

5. N’oubliez pas que la performance peut se concrétiser de différentes manières

Avec les données, les opportunités d’augmentation des performances sont multiples et se concrétisent à différents niveaux. Surtout, elles permettent de choisir les meilleures cibles potentielles parmi les prospects et les clients.

6. Soyez patient

Le fait d’optimiser une campagne sur la base de l’analyse de données de résultats prend du temps. Il faut ainsi aussi évaluer combien cette analyse est-elle cruciale pour son activité.

7. N’oubliez pas que des résultats négatifs sont aussi des résultats

Lorsque l’on identifie les limites ou faux pas d’une campagne, on est en mesure de les éliminer ou de les rectifier.

 

Pour accéder au billet complet d’Erin Fleischli et Navni Garg, publié par MediaPost, cliquez ici.

 

LUL