Pour en finir avec le pessimisme des analyses sur la visibilité en ligne

août 10, 2015

Audience2Media_openIl est vrai qu’il ne se passe pas un seul jour sans que le thème de la visibilité (ou du manque de visibilité) des publicités en ligne ne soit abordé d’une façon ou d’une autre. Mais est-ce que la même question se posait au print dans le passé ? Ou encore à la télévision ou à la radio aujourd’hui ? Sur ces médias, qui vérifie si une campagne est effectivement vue ou entendue ?

Ces questions tout à fait pertinentes sont posées par Tony Laskar, CEO de l’agence de ciblage d’audiences londonienne Audience2Media. Il cherche à démontrer que, contrairement à ce qui est dit, l’industrie digitale est à la pointe en matière de visibilité ! Le problème des impressions gaspillées, même s’il est vrai qu’il existe, est infiniment moins important que sur les autres médias ayant précédé le digital.

« Le standard d’évaluation de la publicité digitale est le plus élevé qui n’a jamais existé. Il n’y a pas le moindre doute que les mesures de la publicité digitale sont en train de montrer le chemin à suivre, avec l’appui du MRC et de 3MS », dit-il.

De plus, ce n’est pas vrai que toute impression non mesurée n’est pas vue et encore moins que toute impression non vue est un gâchis, affirme-t-il. Pour le premier aspect, Tony Laskar tient à rappeler que les technologies ne permettent pas encore de tout mesurer. Pour le second, il souligne que même lorsque l’impression n’est pas visible elle génère un certain nombre d’informations de ciblage utiles pour l’annonceur, dont le contexte et les centres d’intérêt par les sites qui ont été visités.

Lire ici son billet publié sur The Drum.

LUL

(Images : audience2media.com)