Pour que l’industrie se réveille et s’améliore: les formats à bannir d’après la « Coalition for better ads »

mars 23, 2017

Les débats sur la nécessaire amélioration de la qualité des publicités diffusées en ligne semble enfin commencer à porter ses fruits. « Coalition for Better Ads« , initiative lancée à la fois en Europe et aux États-Unis, réunissant des poids-lourds du secteur de la publicité, a réalisé une ambitieuse enquête auprès de 25000 internautes afin d’identifier et de préconiser des standards de « publicités meilleures ». Et le premier constat consiste à reconnaître l’urgence pour l’industrie de bannir des pratiques que les utilisateurs ne tolèrent plus.

Parmi les 104 expériences publicitaires sur le web mobile et sur desktop  identifiées et évaluées par les utilisateurs interrogés, 18 ont été classées sous leur seuil d’acceptabilité, à savoir :

– Sur desktop : des pop-ups, des vidéos avec audio en auto-play et des interstitiels ;

– Sur mobile : la même chose mais aussi des publicités animées, des publicités avec une densité supérieure à 30%, des publicités en plein écran qui s’imposent lorsque l’on déroule la page, etc. (la liste complète figure ici).

D’un autre côté, les expériences élues par ces mêmes utilisateurs comme étant leurs préférées aideront les marques, les agences et les éditeurs à s’en inspirer pour améliorer l’expérience utilisateur, espèrent les représentants des institutions à l’origine de cette initiative. « Nous espérons que ces premiers standards serviront de réveil aux marques, aux marchands, aux agences, aux éditeurs et à leurs fournisseurs de technologie, et qu’ils retireront les formats que cette étude révèle déranger et abuser des consommateurs », a déclaré dans un communiqué Randall Rothenberg, directeur général de l’Interactive Advertising Bureau (IAB).

Le formats à bannir sur desktop, selon la "Coalition for Better Ads".

Le formats à bannir sur desktop, selon la « Coalition for Better Ads ».

Parmi les associations et les organismes membres de cette coalition, nous pouvons citer l’IAB (US), l’IAB Europe, l’IAB France (et aussi UK et Allemagne), la 4A’s (Association Américaine des Agences média), l’ANA (Association Américaine des Annonceurs) et la WFA (la Fédération Mondiale d’Annonceurs). Parmi les publishers et annonceurs poids-lourds, on trouve Digital Content Next, Facebook, Google, News Media Alliance, Procter & Gamble et Unilever. Parmi les prestataires technologiques et les agences médias, Appnexus, GroupM, Omnicom Media Group et Teads. Cette liste n’est pas exhaustive.

Plus d’informations ici.

Le formats à bannir sur mobile, selon la "Coalition for Better Ads".

Le formats à bannir sur mobile, selon la « Coalition for Better Ads ».

LUL

(Images: Roger Borrell ; Coalition for Better Ads.)