Publicité mobile : focus sur le Royaume-Uni et les spécificités britanniques

juin 3, 2014

Flag_of_the_United_Kingdom.svgParce qu’il est l’un des marchés les plus avancés pour le mobile (et le programmatique) au monde, le Royaume-Uni devient une sorte de modèle qui pourrait peut-être fournir des enseignements sur les évolutions possibles dans les autres marchés, tout en gardant tout de mêmes des spécificités assez fortes. C’est ce que nous dit Opera Mediaworks, plateforme de publicité mobile mondiale, lors de la livraison de son étude sur l’état de la publicité sur mobile. La plateforme a souhaité se pencher spécifiquement sur ce pays, analysant le trafic généré au sein de 1000 sites et applications britanniques ainsi que autres 11 000 sites globaux lorsque le trafic était généré par des consommateurs du Royaume-Uni.

Premier constat particulier : alors que l’étude mondiale nous démontre le leadership d’Android en nombre d’impressions, au Royaume-Uni, Apple (iOS) demeure imbattable aussi bien en termes d’impressions (58,06%) que de revenus publicitaires (66,85%). Contrairement au reste du monde aussi, BlackBerry a une pénétration assez remarquable (16,10% pour les impressions, contre 1,14% dans le monde).

Etude Opera_Q1_2014_UK1

Deuxième leçon qui, à notre avis, n’est surtout pas généralisable à d’autres pays et cultures: le mobinaute britannique a une nature internationale. « Non seulement l’audience s’engage avec du contenu britannique comme elle interagit aussi avec un « who’s who » global de sites et applications mondiaux », nous enseigne le rapport. Ainsi lorsque l’audience visite des sites non spécifiques au Royaume-Uni, son comportement est le même de la norme mondiale (réseaux social, spectacles et musique), tandis qu’il est tout autre lorsqu’il s’agit de consulter du pur britannique. Là les préférences iront largement pour les sites et applications d’infos et sports.

Alors que beaucoup d’études font part d’une ruée des annonceurs vers les applications mobiles (cas par exemple des publicités vidéo, voir notre article sur ce sujet), Opera nous parle d’un comportement mondial rendant compte d’un taux de 69% de trafic pour les impressions sur le web mobile. Et, là encore, le Royaume-Uni fait figure d’exception avec 72% du trafic venant des applications. Dans ce contexte, les annonceurs démontrent un gros intérêt pour les formats rich media.

Etude Opera_Q1_2014_UK2

Pour lire l’intégralité des résultats de l’étude spécifique au Royaume-Uni ou mondiale, cliquez ici.

LUL