Publicité native programmatique : PubMatic donne sa propre vision des choses

avril 22, 2015

Pubmatic-bandeauSouvenez-vous la plateforme supply side (SSP) PubMatic annonçait il y a quelques semaines qu’elle propose désormais une solution de publicité native pour l’inventaire mis sur les ad exchanges, en RTB ou privatif. Cette solution standard permettrait aux éditeurs de proposer des expériences d’un contenu publicitaire semblable à celui de la page et à grande échelle (voir ici notre article).

Graham Mosley directeur senior de publicité native à PubMatic nous rappelle qu’une des principales différences avec l’avènement récent d’un standard permettant le déploiement de campagnes de publicité native de manière automatisée est la possibilité d’y coupler des données tierces parties et de permettre la prise de décision en temps réel. « Lorsque la publicité native était concentrée dans des environnements fermés [en absence de standard commun à toute l’industrie], elle ne fournissait pas de données permettant à l’acheteur de prendre des décisions en temps réel. L’absence de décision en temps réel empêche le recours à des techniques de marketing clés, comme l’optimisation pour faire en sorte que la publicité s’accorde à l’expérience de l’utilisateur ou la définition de la séquence même des messages », explique-t-il, dans un billet publié récemment.

PubMaticGraham Mosley affirme que la publicité native, au départ adoptée principalement en environnement mobile pour des questions d’ergonomie et de format, est en train de gagner tous les environnements : « Cette année nous verrons de vraies dépenses des acheteurs en programmatique sur les natives en desktop », dit-il.

La plateforme rappelle un certain nombre de chiffres au sujet de l’efficacité de la publicité native :

– les publicités natives génèrent une augmentation de 82% de la valorisation de la marque, selon Nielsen ;

– les publicités natives sont 25% plus visibles que les publicités standards (sur ce point, rien de très étonnant si l’on part du principe que nous sommes nombreux à développer le « banner blindness » ou tout simplement à ne plus voir de l’intérêt dans les bannières traditionnelles et donc à les ignorer) ;

– 52% des clics sur une publicité native engendrent des taux supérieurs de conversion (mais quel est ce taux ?).

LUL