Quand L’Oréal se met à l’heure du programmatique

mai 18, 2015

Loréal yeuxDans les prochaines semaines L’Oréal sera en train de tester des technologies et des prestataires en vue de choisir ce qui lui sera le plus adapté en matière de programmatique. L’objectif est bien de se doter de capacités d’analyse et d’achat de médias en mode programmatique, selon les déclarations de Lubomira Rochet, leur directrice de digital nommée il y a un an. L’information nous parvient du magazine en ligne américain spécialiste en marketing et publicité, Advertising Age.

L'Oreal Paris Makeup GeniusL’Oréal serait la troisième plus importante source de dépenses en marketing au monde avec $5,9 milliards (sur $ 25 milliards de recettes globales), selon les données d’Ad Age. Lors de l’annonce de l’arrivée de Lubomira Rochet, Jean-Paul Agon le PDG du groupe indiquait déjà que sa mission était « d’accélérer la transformation digitale de L’Oréal sur l’ensemble de ses dimensions d’expérience consommateur, d’innovation, d’engagement client et de plateformes technologiques ».

Au-delà du programmatique, dont les contours que cela prendra chez L’Oréal nous découvrions certainement encore cette année, ce qui compte est d’offrir aux consommateurs « une expérience cohérente avec la marque et le produit sur tous les points de contact », aurait déclaré Lubomira Rochet, ce qui inclut de proposer un contenu de qualité qui soit le fruit d’un travail commun entre les spécialistes en marketing et les spécialistes du e-commerce.

Un exemple ? L’application Makeup Genius de L’Oréal Paris, téléchargée plus de 7 millions de fois, qui permet aux femmes de tester les maquillages virtuellement, fruit du travail d’une start-up américaine travaillant dans l’incubateur de la marque aux Etats-Unis.

A noter qu’en Suisse L’Oréal collabore depuis plusieurs années sur ses campagnes branding avec le trading desk Gamned / Makazi.

LUL