Quand un géant de la grande distribution se met à l’heure du programmatique : l’exemple de Walmart.

novembre 25, 2014

140318-walmart_0749_ca886f2632ba266b8c38b607713811b3Ça y est. Il est fort probable que le modèle des hypermarchés ne soit plus celui de demain, ni d’aujourd’hui. Cela n’est pas dit haut et fort de cette façon, mais même le géant de la distribution Walmart reconnaît un ralentissement de la croissance de ses investissements dans des magasins à grands formats (lire ici leur communiqué). Nous le voyons autour de nous, et c’est récent mais pas nouveau, l’ouverture de plus en plus courante de magasins de proximité à taille humaine, de marques auparavant concentrées uniquement sur le créneau des supermarchés.

Au changement physique a précédé une révolution digitale, avec de plus en plus d’enseignes proposant des achats sous forme de livraison à partir de listes que le consommateur définit en ligne. Dans le cas de Walmart , cela se traduit par une annonce d’investissements de l’ordre de $1,5 milliards l’année fiscale 2016 et de $1 milliard cette année sur l’e-commerce et les « initiatives digitales ».

Ces investissements viennent se poser sur une structure qui dispose déjà d’un siteweb d’achats performant, avec l’usage walmart-labs-home-hero-bgd’une plateforme de gestion de données (DMP) leur permettant de se servir d’algorithmes de recommandation de produits sur la base des comportements d’achats des consommateurs. De plus, Walmart a lancé une véritable place de marché publicitaire, la Walmart Exchange (WMX), connectée à différentes plateformes DSP du marché, lancée cette année, où il est question de leur inventaire essentiellement mais pas uniquement mis à la disposition de leurs annonceurs fournisseurs.

« Nous avons travaillé pendant des années avec nos fournisseurs et leur avons ouvert WMX de façon à ce qu’ils puissent travailler avec nous pour cibler et délivrer de la publicité pertinente pour leur marque et leur audience, en se basant sur les transactions passées à Walmart. Ils peuvent mesurer l’impact sur les ventes en ligne et dans le magasin et ainsi optimiser », explique le VP Marketing à Walmart Brian Monahan dans une interview accordée à adexchanger.

Le distributeur s’attend à une hausse de 25% de ses ventes sur le canal de l’e-commerce dans le monde. Les efforts marketing de l’entreprise en matière digitale comptent sur WalmartLabs, soit une équipe de 100 ingénieurs travaillant dans l’optimisation du moteur de recherche, les analyses prédictives et les moteurs de recommandation de produits.

Lire ici l’interview intégrale de Brian Monahan.

 

 

LUL