Quelle solution choisir sur mobile : le web ou l’application ?

septembre 24, 2015

Adobe Marketing solutions_open

Contrairement à ce que l’on puisse imaginer, avoir une application mobile pour profiter du boom des smartphones n’est pas une décision facile à prendre. Et contrairement aux idées reçues – expliquée par le fait que l’argent de la publicité coule plus à flot en effet sur les applications que sur le web mobile – beaucoup d’enseignes ne voient pas dans l’application une priorité.

C’est le cas notamment des e-commerçants. eMarketer tente de faire le point sur cette question en comparant différents études réalisées récemment notamment par Econsultancy, Adobe et Chango.

Econsultancy et Adobe ont démontré à travers une étude réalisée début 2015 que le site sur desktop reste la priorité pour 71% d’entre eux, suivi du web mobile. La raison d’une telle approche est simple : la majorité des ventes des sites d’e-commerçants sont générées et réalisées sur leurs sites.

eMarketer étudeVous allez dire que rien de tel dans le cas du branding ou tout simplement de marques dont les produits sont distribués hors siteweb propre. En effet, pour ceux-ci on constate que le mobile et Internet servent aux consommateurs pour la comparaison des prix mais que l’achat effectif se fait dans la vie réelle. De plus, sur les appareils mobiles, les consommateurs passent le plus de leur temps désormais sur les différentes applications, beaucoup plus que sur le web.

N’empêche, une récente étude de la plateforme de retargeting Chango réalisée auprès de 500 marketeurs, citée là aussi par eMarketeur, montre que 86% d’entre eux disposaient d’un web site mobile, contre 76% qui disposaient d’une application. Ils seraient d’ailleurs pas très nombreux à avoir les deux solutions, en tout cas dans le secteur de la distribution.

Actuellement, « le fait d’avoir au moins un des deux canaux [web mobile ou application ] est un minimum nécessaire pour pratiquement toutes les entreprises. Mais la décision de développer une deuxième solution mobile exige un examen approfondi du comportement et des besoins de l’audience mobile que l’on souhaite cibler, des ressources dont on dispose pour créer et alimenter ce second canal et la capacité à établir des objectifs mesurables de façon à pouvoir comparer les deux canaux », conclut eMarketer.

 

Lire ici l’article d’eMarketer

 

LUL

 

(Image : Adobe marketing solutions ; eMarketer.)