Quelles mutations à venir pour le programmatique mobile ?

février 9, 2015

mobile-advertising2Les prévisions nous parviennent du responsable de mobile au sein du fournisseur de solutions et de technologies supply side Rubicon Project, Joe Prusz. L’environnement mobile est devenu une réalité pour l’industrie de la publicité l’année dernière (aux Etats-Unis en tout cas !), une mutation couronnée par une fin d’année décidément mobile pour les résultats : sur le seul Black Friday 2014, le mobile a été responsable pour 28% des ventes en ligne et PayPal a enregistré une hausse inédite de 62% des paiements faits à partir de terminaux mobiles, comparé à 2013. Pour Joe Prusz, le développement de l’automatisation de l’achat et de la vente de la publicité est inhérent à ce phénomène et donnera lieu à trois nouvelles mutations.

Les applications et les sites de plus petite taille vont eux aussi faire migrer leur inventaire sur les ad exchanges.

Mis à part des applications qui ont obtenu un succès planétaire et qui par ailleurs font déjà partie de l’inventaire des ad exchanges mobiles, la majorité de cet écosystème est composé de petites équipes derrière un nombre considérable d’applications qui seules ne disposent pas de forces de vente pour monétiser leur inventaire. Une adoption plus large par tous ces acteurs des places de marché programmatiques facilitera l’accès aux acheteurs à une myriade de multiples sources d’inventaire premium, de niche, accessibles à l’échelle mondiale dit-il. « Ce changement va créer des milliards de nouvelles opportunités d’engagement de consommateurs dans les mois à venir, fournissant plus de revenus aux vendeurs tout en ouvrant plus largement aux acheteurs l’accès à des audiences hyper-ciblées via un processus simplifié », explique-t-il.

Rubicon_SchémaUne expérience publicitaire améliorée par la publicité native va accélérer la croissance

Le marché a appris de ses propres expériences : coller sur le mobile le modèle publicitaire utilisé jusqu’alors sur le desktop ne fonctionne pas. Et l’avenir de l’engagement mobile reposera sur les innovations dans la publicité native, affirme-t-il. Et Joe Prusz rappelle l’étude conduite par Rubicon et InMobi l’automne dernier et reprise par eMarketer (ici) qui indiquait que 57% des acheteurs de médias digitaux comptaient investir sur de la publicité native pour leurs campagnes mobiles.

Le mur séparant le desktop et le mobile en matière de data va disparaître

Ce sont en tout cas les vœux de Joe Prusz. Selon lui, non seulement l’industrie se dirige vers une prise en compte de la cible quel que soit l’appareil qu’elle utilise comme les analyses et la richesse des données disponibles va se développer considérablement. Et d’un raisonnement centré aujourd’hui sur le type d’appareil utilisé par le consommateur on évoluera vers une vision globale basée sur le consommateur lui-même et se servant d’outils unifiés.

La recette de de Joe Prusz semble claire, linéaire et très positive. Mais les difficultés techniques sur le mobile ne sont pas pour autant effacées. Les semaines et mois à venir nous montreront à quel rythme ces évolutions se mettront en place.

Lire ici le billet de de Joe Prusz de Rubicon Project, publié par adexchanger.

 

LUL