Définition: quels sont les attributs d’un inventaire vidéo de qualité ?

septembre 19, 2014

(Suite de la série de billets livrant les définitions des acteurs de l’industrie de concepts clés de la publicité en ligne.)


Hervé Brunet, co-fondateur et président, Stickyads : « C’est un inventaire de marques média parfaitement identifié (inventaire transparent). C’est également un inventaire ayant des taux de complétion VTR (view though rate) supérieurs à 70%. »

Anne de Kerckhove, Directrice Générale pour les pays EMEA, Videology : « Seul un inventaire haut de gamme peut garantir aux marques que leur contenu s’affichera non seulement à la bonne audience mais aussi dans le bon environnement. Les garanties de qualité sont d’autant plus importantes que les marques cherchent de plus en plus à faire converger leurs budgets publicitaires télé avec la publicité vidéo en ligne, certaines sont d’ailleurs déjà très avancées dans cette intégration. Pour être considéré comme de l’inventaire vidéo de qualité,  le contenu lui-même doit bien sûr répondre à un certain standard professionnel, mais surtout,  être diffusé dans un environnement qui le met en valeur. Un contenu attrayant et une publicité vidéo peuvent se renforcer et s’améliorer mutuellement. Les outils de ciblage de plus en plus sophistiqués d’aujourd’hui  permettent aux annonceurs d’automatiser l’achat dans des environnements qui correspondent à leurs messages, garantissant la meilleure qualité et un positionnement pertinent. Nous recherchons des sites professionnels avec du trafic important et des utilisateurs engagés. La visibilité, la prévention de la fraude et la qualité de contenus sont indissociables pour garantir des campagnes vidéos premium, qui répondent aux exigences de branding des annonceurs. Videology a un des niveaux d’exigence les plus stricts du marché quant à la validation de l’inventaire d’un site. »

TailoredSolutions_Videology

Pierre Ledieu, fondateur et directeur général, Piximedia : « La marque est présente sur le digital pour engager les internautes, les formats doivent donc générer de l’interaction. Pour nous, un inventaire de qualité c’est: l’équilibre entre contenu/publicité (maîtrise de la charge publicitaire) ; favoriser la rentabilité marque/éditeur ; la capacité à cibler et l’adéquation avec la marque. Un inventaire de qualité couplé à des formats efficaces, innovants et premium permet à la marque d’aller plus loin avec les consommateurs. La publicité doit rester dans le registre de la séduction, pas du matraquage ! Il faut proposer quelque chose qui va intéresser les internautes et les inciter à l’interaction, sans pour autant qu’ils subissent la publicité avec des formats non skipables. »

 

Philippe de Passorio, directeur France, YuMe : « Le premier attribut d’un inventaire vidéo de qualité est de garantir à l’annonceur et son agence un contexte valorisant. Mais aussi de toucher la bonne personne, correspondant au ciblage recherché, et au bon moment de la navigation de celui-ci. Des inventaires de contenu très intéressant n’ont aucune valeur si on n’y associe pas la capacité de connaître la personne qui va visionner ce contenu. Il est donc important de comprendre l’apport déterminant de la technologie dans la qualification des inventaires vidéo. Seuls les acteurs possédant une technologie avancée sont aujourd’hui capables de répondre aux enjeux de catégorisation et ciblage des inventaires vidéo. »

 YuMe_inventaire

 

 

Cyril Zimmermann, PDG, HiMedia Group: « Il s’agit de vidéos présentes sur un site de marque premium au sein de contenus de qualité et en phase avec le contenu rédactionnel ( la thématique de la page)  et le coeur de cible du site. Les contenus doivent être exclusifs. La vidéo doit être visible et se lancer en  click to play pour que son visionnage soit une démarche volontaire de l’internaute et non imposée. Le player doit avoir une taille suffisamment importante pour que la vidéo soit bien visible. »

Pour rappel…

Même dans le cadre d’un blog destiné aux professionnels et certains initiés de l’industrie de la publicité digitale, comme l’est ad-exchange.fr, certains concepts courants – comme le RTB, DSP, SSP, data, device ID… et bien d’autres – peuvent parfois sonner faux, du moins porter à confusion. Ils peuvent également évoquer autant de sens parfois que les contextes auxquels ils se réfèrent, autant de déclinaisons que d’acteurs qui les manipulent au quotidien.

Pour tenter d’y voir un peu plus clair, ad-exchange.fr a élaboré un certain nombre de questions pour cerner ces concepts et ces idées et les a posées à plusieurs dizaines d’acteurs de l’industrie, tous métiers confondus en Europe et outre-Atlantique. Les réponses sont livrées telles quelles sous forme de citations. Ce billet en est un exemple.

Propos recueillis par LUL