Spider.io va-t-il permettre de réduire la mauvaise qualité de l’inventaire display de Google ?

février 21, 2014

spiderio_GoogleGoogle vient d’annoncer sur son blog le rachat de Spider.io qui propose une technologie de lutte contre la fraude pour un montant qui n’a pas été dévoilé…

C’est sympa mais si Google souhaite vraiment lutter contre la fraude et proposer de l’inventaire de qualité, il peut déjà faire beaucoup de choses sans Spider.io. En effet, son réseau publicitaire GDN / AdSense n’est pas des plus qualitatifs, bien au contraire.

Surtout cette décision montre combien les inventaires « robotisés » et donc non humains sont devenus un véritable fléaux pour sa régie publicitaire DoubleClick. Ce qui sera assez drôle ce sera de voir comment Google va utiliser la technologie de Spider.io pour du desktop, du mobile et de la vidéo car si, disons, 20% de l’inventaire de GDN est généré par des bots cela signifie 20% de revenus en moins pour la régie … pas sûr que les actionnaires de Google apprécient. Ce qui est certain est que le groupe américain espère apporter une  garantie supplémentaire à ses annonceurs sur la fiabilité de ses statistiques de fréquentation, et donc des factures qui seront payées.

Pour Spider.io, les faux clics sur les bannières displays continuent de se développer sur Internet, notamment  à partir de machines résidentielles détournées, qui deviennent en fait des « machines zombies », une fois qu’elles sont prises en otage sans que l’utilisateur ne s’en rende compte et suivant le même modèle utilisé par le cheval de Troie Zeus. Créé au départ pour les fraudes bancaires, Zeus, le plus tristement célèbre logiciel malveillant connu à ce jour, aurait infecté quelques 3,6 millions d’ordinateurs aux Etats-Unis, selon les estimations d’experts. Si vous voulez en savoir plus sur la création de fausses impressions publicitaire, relisez, l‘article que nous avions consacré à une étude de Spider.io il y a quelques semaines.

Si la technologie de Spider.io est excellente, la mise en place sur le réseau de Google pourrait générer plusieurs millions de pertes pour son réseau publicitaire car la fraude à la ePub coûte plusieurs milliards chaque année…  A suivre.

Pierre Berendes