TabMo lance sa plateforme d’achat programmatique sur le mobile en Europe. Interview.

septembre 14, 2015

1

[Contenu sponsorisé] Le trading desk mobile first français TabMo devient aujourd’hui plateforme d’achat mobile programmatique à vocation européenne. Cette métamorphose s’opère grâce à la mise au point d’une solution entièrement bâtie maison qui sera lancée cette semaine en avant-première à dmexco, à Cologne. La technologie est une full-stack qui intègre tous les composants du mobile (data, tracking, bidder) pour la mise en route de campagnes vidéo, rich media et display sur les ad exchanges. Cerise sur le gâteau, TabMo ouvre un bureau à Londres et accueille l’ex-BrightRoll Chris Childs en tant que VP Sales pour le Royaume-Uni, ainsi que Brian Fitzpatrick, comme investisseur et adviser. Pour en savoir plus sur l’impact espéré et les détails de ces annonces, nous interrogeons le co-fondateur de TabMo, Renaud Biet.

portraitVous cessez d’être un trading desk pour devenir une véritable plateforme d’achats programmatiques. Qu’est-ce qui change pour vos clients agences et annonceurs ?

Amorcée fin 2014, la maîtrise de notre stack technologique nous permet d’accompagner nos clients de manière encore plus flexible et rapide sur le marché en très forte croissance qu’est le programmatique mobile.

Nous pouvons désormais directement intégrer tous les partenaires technologiques (data / tracking / visibilité/protection de marque etc.), préalablement sélectionnés par nos clients agences et annonceurs. En termes de développement, nous sélectionnons les langages les plus adaptés et développons nos propres algorithmes, spécifiques au mobile, grâce à nos équipes de data scientists. Dernier point et non des moindres, nous mettons à profit les économies d’échelle que nous pouvons réaliser pour l’ensemble de nos clients (coûts de développement, coûts de traitement des données et coûts de serveurs).

Nos clients agences et annonceurs ont bien compris leur intérêt pour ce marché, et nous leur permettons d’accélérer le basculement attendu des budgets digitaux vers le mobile, en leur apportant le socle technologique nécessaire.

Qui parle mobile, parle nécessairement data. Aujourd’hui il semblerait que le tracking sur mobile soit désormais plus au moins maîtrisé malgré l’absence de cookies, grâce notamment aux devices ID. Pouvez-vous nous expliquer comment faites-vous pour cibler la bonne audience, aux bons moment et lieu ?

Effectivement, et c’est notre discours depuis notre lancement il y a 2 ans, le cookie n’est pas disponible au sein des applications et les data providers de cookies ne peuvent pas apporter leur segmentation au sein de l’écosystème applicatif (88% du trafic selon Comescore).

Nous utilisons donc les solutions de providers spécifiques récemment apparus sur le marché (Adsquare, pour n’en citer qu’un) qui qualifient les devices ID en récoltant les coordonnées GPS des utilisateurs mobiles et en analysant les POI « points of interests » dans chaque pays. Pour prendre un exemple, un utilisateur se connectant plus de 4 fois sur une période de 30 jours à proximité d’un aéroport est inclus dans le segment « Business Traveler », et notre moteur d’achat peut ensuite le recibler sur les exchanges mobiles. Concernant le ciblage de segments d’audiences sur navigateurs mobiles, nous pouvons le réaliser sur ceux acceptant les cookies tiers, et fonctionnant sous Android, soit une part majoritaire et en croissance de trafic vs iOS.

Peut-on considérer que l’analyse de l’attribution est aussi bien maîtrisée que le tracking des audiences en environnement mobile aujourd’hui ?

La réponse est oui et le tracking mobile fonctionne essentiellement sur une logique de post-clic. Il est aujourd’hui disponible sur un site mobile (via la pose de notre pixel sur le site annonceur) ou via l’interfaçage avec des outils tiers pour le tracking in-app (Mobile App Tracking par exemple). Concernant les mécaniques de post-impression utilisant le cookie, elles sont peu utilisées sur le mobile car limitées aux navigateurs Android.

2 (3)La vidéo est l’autre tendance majeure de consommation sur mobile du moment. Que proposez-vous dans ce domaine et quelle est votre différence ?

De par nos parcours respectifs avec mon associé Hakim Metmer, notre axe mobile vidéo est très fort, et nous diffusons sur tout type de support, native vidéo, instream, outstream. Notre particularité est que nous pensons la vidéo pour le mobile, et l’adaptons donc au support : interactive, de moins de 15 secondes, et en mode plein écran vertical, que nous avons été les premiers à utiliser et qui se standardise… Nous couplons également tous les plans avec du ciblage d’audiences afin de répliquer les cibles TV.

Créé il y a tout juste deux ans, TabMo ce sont aujourd’hui 400 millions d’impressions analysées et achetées par mois (parmi des dizaines de milliards de requêtes d’enchères) dans le cadre de 500 campagnes, un portefeuille de 50 clients et une équipe dédiée de 25 spécialistes de la data et des médias mobiles. Pour en savoir plus sur leur toute nouvelle Mobile Programmatic Platform et pour suivre leur actualité, cliquez ici.