Time Inc. : la transition du print vers le digital accélérée par le programmatique

décembre 15, 2014

TImeInc_iconeA Time Inc. le discours concernant les stratégies de monétisation était celui du tout tourné vers le digital désormais (il était peut-être temps en effet), lors de la présentation de ses derniers résultats financiers pour le troisième trimestre (ici). Il était temps car, bien qu’il soit en baisse (de 1%), le print pèse encore très lourd dans les revenus publicitaires du groupe (Time, Fortune, People et autres 90 marques de magazine amplement diffusés aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, Pays-Bas et en Inde). Pire, le digital est beaucoup trop sous-représenté, même s’il est en hausse (de 5%) : il pèse seulement pour 15% des leurs revenus publicitaires contre 85% du print…

Soit. Il n’en reste pas moins que dans cette course contre la montre, le programmatique semble plaire puisqu’il aurait déjà tiré vers le haut les CPM de l’éditeur. « Nos CPMs se sont déjà évalués largement dans le programmatique », a déclaré le CEO de Time Inc, Joe Ripp, à l’occasion de la publication de ces résultats, selon ce que nous rapporte adexchanger (lire ici).

TImeInc_brands

TImeInc_video content

L’offre programmatique de Time Inc. implique un inventaire à l’échelle de 130 millions de lecteurs dans le monde, à vocation anglosaxone.

Le groupe offre un environnement premium et est en train de s’investir lourdement dans le secteur de la vidéo, avec la création de 600 à 800 unités par mois et l’ambition de doubler le nombre de productions d’ici l’année prochaine. L’objectif étant de prendre sa part du gâteau des budgets de la télévision, qui commencent à migrer vers le digital.

« Nous sommes en train de vendre Time Inc comme un seul réseau média premium, avec des solutions cross-marques et cross-marketing », a déclaré Joe Ripp.

 

 

 

LUL