Twitter acquiert Gnip et ferme l’accès aux données sur les tweets aux intermédiaires

avril 23, 2015

Bandeau twitterTwitter fait le ménage. Le réseau social serait en train de fermer l’accès aux données concernant les messages de ses membres aux entreprises d’analyse de tweets. Les cas le plus emblématique seraient ceux des entreprises DataSift et NTT, partenaires de longue date qui n’auraient plus le droit d’acheter des données du réseau social. Celui-ci veut désormais proposer ce type d’analyse en interne, suite à l’acquisition de Gnip, un autre acteur spécialiste de l’analyse des échanges sur les réseaux sociaux en temps réel.

GNIP-TwitterDans le blog de Twitter, Jana Messerschmidt, VP de développement global, déclare que le réseau social souhaite « rendre ses données encore plus accessibles et la meilleure façon de le faire est de travailler en direct avec nos clients pour mieux comprendre leurs besoins ». Raison pour laquelle ils ont décidé d’acquérir Gnip. Dans ce billet, Jana ne dit rien au sujet de l’accès que Twitter ferme aux autres intermédiaires de ce secteur.

Du côté de DataSift, on ne peut pas ignorer le ton amer des déclarations de Nick Halstead, son fondateur et CEO, qui cherche tout de même à prend du recul en déclarant qu’ils travaillent désormais avec Facebook… Pour lui, ce faisant, Twitter est en train de vendre ses données au lieu de les traiter pour permettre la mise en place d’analyses. « Twitter a également montré qu’il n’a pas compris les règles de base de ce marché : les réseaux sociaux gagnent de l’argent à partir de l’engagement et de la publicité. Les revenus obtenus à partir des données devraient être sur le second plan et cela devrait avoir lieu uniquement d’une manière respectueuse de la vie privée », a-t-il déclaré dans un billet publié sur le blog de Datasift.

En répondant à The Drum, Mike Weston, CEO de Profusion, un bureau conseil en science des données, y voit un aspect positif : désormais plus d’entreprises pourront travailler en direct avec le réseau social, sans plus avoir à recourir à des intermédiaires. « En revanche, le risque est qu’en cherchant à exercer un plus important contrôle sur la façon d’utiliser et de diffuser ces données, Twitter va réduire la compétition au sein du marché de l’analyse de réseaux sociaux et ainsi inhiber la mise au point de nouveaux outils et techniques »

LUL

 

(Images : Twitter blog et Gnip.com)