Un monde sans cookies : c’est l’apocalypse ou bien un marketing meilleur ?

février 11, 2015

Netmining1

Aux Etats-Unis l’engouement pour la publicité sur le mobile est tel que les acteurs de l’ad tech sont déjà en train de fêter l’avènement d’une ère où le ciblage traditionnel des audiences sur desktop est déjà une affaire du passé et qui ne fera du mal à personne. Car pendant trop longtemps les marketeurs sont restés dépendants du cookie en quelque sorte pour mener à bon port leurs campagnes. De plus, le mobile leur offre ce que le desktop ne peut pas : les données de localisation de leurs cibles, en temps réel.

mobile_tracking_thumbC’est en tout cas comme ça qu’analyse cette question Christopher Hansen, président de Netmining, un spécialiste du ciblage et du suivi d’audiences en mode programmatique. « Le mobile, les données déterministes cross-device et les différentes techniques probabilistes vont occuper l’espace laissé par la fin des cookies et les marketeurs auront accès aux devices ID, au temps, au contenu et à la localisation au moment de cibler leurs campagnes », dit-il.

En d’autres mots, le mobile offrent des données d’une bien meilleure qualité que le desktop, avec beaucoup plus de précision, défend-il. « Les identifiants d’appareils mobiles (IDFA, AdID, Adroind ID etc.) sont beaucoup plus précis et statiques que les cookies », dit-il. Les données mobiles ouvrent aussi plus de possibilités de ciblage créatives, basées sur la localisation mais aussi sur des événements ou des moments de la journée.

Un autre aspect intéressant est celui des capacités de ciblage que les applications confèrent, ce que l’environnement web ne confère pas, car elles comptent sur la confiance et l’adhésion de leurs utilisateurs, qui fournissent bien plus volontiers des informations les concernant.

Mais tout n’est pas rose dans l’univers mobile, reconnaît-il, en attirant l’attention sur le fait que la quantité de données en environnement mobile est considérable et qu’elle exige beaucoup d’énergie des acteurs de la publicité pour faire la part entre ce qui intéresse ou pas, y compris et surtout en tenant compte de l’intérêt du consommateur.

Lire ici le billet de Christopher Hansen.

LUL

super_mario_cookie_and_cupcake_toppers_1