Vidéo : TubeMogul et Integral Ad Science analysent l’impact réel de la visibité et du trafic non humain

mai 29, 2015

TubeMogul_IAS_étudeOn n’a pas fini avec les alertes et les débats autour de la faible visibilité et du haut niveau de fraude d’impressions publicitaires sur le digital, chaque plateforme ou prestataire média, chaque fournisseur de solutions de combat contre la fraude et de mesure de la visibilité affichant ses propres critères, mesures et résultats. Cette fois-ci la plateforme DSP vidéo TubeMogul s’est associée au spécialiste de la lutte contre la fraude des fausses impressions Integral Ad Science pour produire un livre blanc au sujet de l’impact réel de la visibiTubeMogul_IAS_visibilitélité et du trafic non humain pour les marketeurs sur les impressions vidéo. Les deux entreprises sont en effet partenaires depuis l’été dernier, Integral Ad Science (IAS) fournissant à la plateforme de TubeMogul ses solutions d’analyse de la visibilité et de prévention contre la fraude.

Ensemble ils ont étudié 127 millions d’impressions diffusées sur plus de 400 emplacements vidéo par la plateforme TubeMogul. Ils ont comparé les résultats entre une méthodologie rigoureuse exigeant à la fois le contrôle assurant que les impressions sont réellement humaines et que la vidéo est non seulement en vue comme en train d’être diffusée, suivant deux standards du MRC, avec les résultats de ce qu’ils appellent un méthodologie standard qui n’analyse pas chaque quartile de la diffusion. Ils ont conclu que le marketeur utilisant un critère standard peut se tromper dans ces décisions d’optimisation d’emplacement dans 40% des cas.

Les deux acteurs défendent leur positionnement : « concentrez vos indicateurs de performance sur le trafic humain et visible. Si vous faites cela, votre média pourra être de 20% plus efficient et vos éléments de campagnes comme le ciblage d’audience et vos créations seront plus précis. »

TubeMogul_IAS_robotIls partent du principe qu’il ne suffit pas d’avoir une impression affichée de manière visible : toujours faut-il que l’écran en question ne soit pas affecté par un robot (cette approche paraît évidente mais elle n’est pas adoptée par tout le monde dans cette industrie). Plus encore, « la mesure de la visibilité d’une vidéo va au-delà du simple emplacement de la publicité et de combien est-elle en vue. Elle dépend également de savoir si la vidéo est de fait en train de tourner et durant combien de temps lorsque le player est en vue». Pour cette raison les deux partenaires utilisent en tandem les deux méthodologies certifiées à cette fin par le MRC.

Pour accéder à l’étude, cliquez ici.

LUL