Adblockers : plus 30% en 2016 et tendance à la hausse dans le monde

février 2, 2017

Le recours aux logiciels bloqueurs de publicité a grimpé de 30% dans le monde  en 2016, desktop et appareils mobiles confondus. PageFair, dont le premier rapport sur l’ad blocking sur mobile avait fait couler beaucoup d’encre l’année dernière, revient avec une nouvelle édition de ses statistiques sur le phénomène sur tous les devices.

Aujourd’hui, d’après ce rapport, 11% de la population mondiale connectée est en train de bloquer des publicités sur le web. Le taux en France est aussi de 11% ; il monte à 24% au Canada, à 18% aux États-Unis et il explose en Asie-Pacifique, avec 40%.

Si l’utilisation d’ad blockers sur mobile est surtout concentrée en Asie-Pacifique, elle continue de se répandre ailleurs suite aux accords signés entre fabricants d’appareils et distributeurs de solutions de blocage. L’adoption de ces logiciels devra continuer de se développer en Europe et aux États-Unis, indique le document.

Sensibilisation difficile

L’étude indique que ce qui pousse les internautes à installer des ad blockers n’est pas le rejet des publicités, mais les craintes liées aux virus et robots auxquels elles peuvent les exposer, les formats qui interrompent leur expérience et les lenteurs de chargement causées par leur diffusion.

La stratégie des éditeurs de bloquer l’accès à leur contenu aux utilisateurs d’ad blockers ne semble pas fonctionner non plus : selon une étude qualitative menée aux États-Unis, toujours dans le cadre de ce rapport, 74% des ad blockers déclarent quitter le site lorsqu’ils sont confrontés à ce type de situation. On est encore loin de récolter les résultats des efforts de sensibilisation menés par l’industrie au sujet du nécessaire financement des contenus diffusés en ligne…

Sur mobile, 380 millions d’appareils seraient équipés d’ad blockers, soit 108 millions de plus en une année et sur desktop 236 millions, soit 34 millions de plus. Le phénomène touche désormais toutes les tranches d’âge.

« La croissance continue d’un web bloqué est un défi sérieux pour l’industrie des médias digitaux », analyse Sean Blanchfield, PDG de PageFair.

Le rapport assez complet de PageFair « The state of the blocked web » est disponible sur ce lien.

Luciana Uchôa-Lefebvre

(Images: Shutterstock.)