AOL va former le personnel de Microsoft en vente programmatique

août 24, 2015

One_Aol

L’entreprise AOL dont on sait qu’elle est un fervent adepte du programmatique le ferait déjà sentir à Microsoft, d’après Digiday. Dans le cadre du partenariat de dix ans que les deux entreprises ont signé pour le search et la publicité (lire ici notre article), on apprend par Digiday qu’AOL projette de former plus de 600 chargés de ventes de Microsoft au programmatique, ainsi qu’à toute la panoplie d’outils technologiques pour la publicité d’AOL.

Selon le partenariat, qui démarre en janvier prochain, AOL assurera la gestion et la vente des inventaires de Microsoft sur display, vidéo et mobile dans neuf marchés clés : États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Brésil, France, Allemagne, Italie, Espagne et Japon. Sont concernés par cet accord les inventaires des principales marques de Microsoft, comme la page d’accueil MSN, Outlook, Xbox, Skype et les annonces figurant dans les applications.

AOL_icone mobileIl y a donc matière, notamment en programmatique, lorsque l’on se souvient qu’au deuxième trimestre 2015, AOL a annoncé une croissance de l’ordre de 80% des revenus programmatiques en une année, qui comptent désormais pour 45% de l’activité publicitaire globale de l’entreprise.

Et programmatique ne veut pas dire absence d’intervention humaine, bien au contraire, d’après ce qu’explique dans l’article le responsable mondial de ventes média d’AOL Jim Norton: « Il y a très peu de transactions qui sont entièrement programmatiques – pour plusieurs, il existe encore un peu de vente traditionnelle ou une participation humaine d’une manière ou d’une autre » (voir ici la version en anglais, originale).

Toujours selon l’article et les déclarations de Jim Norton, l’objectif est permettre au personnel de vendre aussi bien l’inventaire d’AOL que celui de Microsoft par tous les moyens existants, du contenu sur mesure à la plateforme d’achat. A terme, 80% des revenus publicitaires d’AOL devront avoir au moins un composant programmatique.

Lire ici l’article de Digiday.

 

LUL