Data : Google, Facebook et Twitter concentrent le tracking dans le web

juin 9, 2016

Google_étude programmatique1

Voulez-vous savoir qui sont les plus importants « big brothers » du web  (ou confirmer ce que vous imaginez déjà) ? Google, Facebook et Twitter.

Une étude très ambitieuse réalisée par des chercheurs de l’université Princeton, dans le cadre d’un projet de recensement du web, a permis de mesurer et d’analyser les outils de tracking présents sur 1 million de sites.

Elle démontre tout d’abord que, tout compte fait, le nombre de « traqueurs » tiers ou extérieurs (autres que ceux du site lui-même) qu’un utilisateur croisera chaque jour sera « relativement petit », d’autant que plusieurs de ces pisteurs sont souvent la propriété d’une même entité. Leur utilité est multiple, mais leurs principaux cas d’usage sont le suivi et la collecte de données à des fins de segmentation publicitaire et d’analytique.

Princeton_1

« Les cinq principaux éléments tiers tout comme les 12 principaux parmi les 20 le plus importants appartiennent à Google. En fait, Google, Facebook et Twitter sont les seules entités extérieures présentes dans plus de 10% des sites », expliquent les chercheurs. C’est considérable. Les autres pisteurs, extrêmement nombreux, ont cependant une portée très limitée. L’étude a comptabilisé 81 000 éléments tiers, seulement 123 d’entre eux étant présents dans plus de 1% des sites analysés.

L’étude montre également que le nombre d’éléments tiers et de traqueurs varie considérablement selon la catégorie ou la thématique du site en question, les sites d’infos et d’actualités étant de loin les champions du tracking, suivis des sites culturels, sports, maison, jeux et shopping.

Princeton_2Blocage

L’analyse de l’efficacité de systèmes et de navigateurs anti-tracking montre que ces outils sont extrêmement efficaces, indiquent les chercheurs.

Mais ce serait oublier que différentes techniques dites de « fingerprinting » permettent le suivi des utilisateurs sur leurs appareils sans pour autant être facilement atteignables pas ces outils de blocage.

Les résultats de l’étude ainsi que le contact des auteurs – Steven Englehardt et Arvind Narayanan – peuvent être trouvés sur ce lien.

LUL

(Les deux graphiques sont issus de « Online tracking : a 1 million site measurement and analysis », draft, mai 2016, Princenton University. L’image est issue d’une étude publiée par Google sur le programmatique en avril 2015.)