Définition : qu’est-ce qu’un algorithme et à quoi cela vous sert-il au quotidien ?

septembre 10, 2014

(Suite de la série de billets livrant les définitions des acteurs de l’industrie de concepts clés de la publicité en ligne.)

 

Mediamath_BrainRomain Gauthier, directeur commercial, MediaMath : «Un algorithme est un ensemble successif de règles ou de consignes nécessaires à l’accomplissement d’une tâche spécifique, ou à la résolution d’un problème mathématique donné. Dans le contexte du marketing, des algorithmes sont appliqués aux données sur les consommateurs pour déterminer la combinaison exacte en termes d’audience, de médias et de message qui est la plus susceptible d’aboutir à un évènement de conversion (lead, clic, achat online, appel, visite en magasin, etc.).

L’algorithme du système d’exploitation marketing de MediaMath, surnommé « le cerveau », utilise des méthodes d’apprentissage automatiques afin de déterminer les types d’impressions qui répondront le mieux aux objectifs que s’est assigné le marketing, par exemple des objectifs de notoriété ou de conquête de nouveaux clients.  Les spécialistes du marketing peuvent ainsi découvrir précisément les combinaisons de caractéristiques qui ont le plus grand impact. Pour filer la métaphore du cerveau, l’hémisphère gauche du cerveau de l’algorithme de MediaMath prédit la probabilité qu’une impression donnée atteigne l’objectif de l’annonceur (sensibilisation, engagement ou fidélisation), tandis que l’hémisphère droit du cerveau modélise la manière dont différentes combinaisons de variables résultent dans différents prix des impressions sur le marché. Le résultat de ces deux calculs est une valeur dynamique assignée à chaque impression de façon à minimiser le coût d’achat média tout en maximisant le nombre d’évènements de conversions rattachés aux objectifs de l’annonceur. »

 

Thomas Jeanjean, managing director France, Criteo : « Dans notre monde, un algorithme sert à transformer la donnée disponible en prises de décisions. Nous travaillons avec 2 types d’algorithmes indissociables les uns des autres : les algorithmes de prédiction et ceux de recommandation. En ce qui concerne la prédiction, nos algorithmes nous permettent de rechercher le meilleur inventaire au meilleur prix et de prédire la valeur d’un utilisateur donné en fonction de sa probabilité de clic sur une bannière et d’achat sur le site. Pour la recommandation, nos algorithmes prédisent quel sont les bons produits à mettre en avant et quel est le meilleur look and feel (message, couleur, etc.) de la bannière. Tout ce processus intervient en moins de 100 millisecondes et des millions de fois par jour. »

Vincent Karachira, CEO de Nextperformance : « Un algorithme dans le domaine de la publicité on-line c’est ce qui permet de rechercher la performance, au travers une méthode mathématique et statistiques. Nextperf a construit un ensemble d’algorithmes dont le but est de (i) prédire la probabilité qu’un internaute convertisse quand il voit une bannière publicitaire (ii) mieux valoriser les espaces publicitaires de nos partenaires éditeurs en attribuant plus de valeur aux espaces qui convertissent (iii) mieux « bidder » sur les adexchanges en tenant compte de la stratégie de nos concurrents. C’est notre marque de fabrique : mettre des algorithmes pour améliorer la performance pure et le retour sur investissements de nos clients dans le domaine du ciblage et du reciblage. »

Pierre Ledieu, fondateur et directeur général, Piximedia : «Un algorithme est plus un moyen qu’un objectif. L’objectif de notre modèle privé est d’augmenter la valeur de la PAP pour l’éditeur et baisser le coût du KPI pour l’annonceur. Piximedia utilise cette technologie pour maximiser la création de valeur, tant côté annonceur (toucher une audience mieux qualifiée) qu’éditeur (optimiser la rentabilité de la PAP délivrée). C’est une logique d’optimisation du rendement. Notre démarche permet à la marque de déployer un vrai parcours de conviction. »

 

 

 

Pour rappel…

Même dans le cadre d’un blog destiné aux professionnels et certains initiés de l’industrie de la publicité digitale, comme l’est ad-exchange.fr, certains concepts courants – comme le RTB, DSP, SSP, data, device ID… et bien d’autres – peuvent parfois sonner faux, du moins porter à confusion. Ils peuvent également évoquer autant de sens parfois que les contextes auxquels ils se réfèrent, autant de déclinaisons que d’acteurs qui les manipulent au quotidien.

Pour tenter d’y voir un peu plus clair, ad-exchange.fr a élaboré un certain nombre de questions pour cerner ces concepts et ces idées et les a posées à plusieurs dizaines d’acteurs de l’industrie, tous métiers confondus en Europe et outre-Atlantique. Les réponses sont livrées telles quelles sous forme de citations. Ce billet en est un exemple.

 

Propos recueillis par LUL