Dstillery détecte la fraude sur les fausses impressions publicitaires

juin 20, 2014

Dstillery_2L’ad tech Dstillery est connue par ses capacités technologiques de ciblage et suivi d’audiences à l’échelle de l’individu et sur tous les appareils et univers, y compris à partir de données off-line. L’entreprise vante le fait d’être la seule capable de visualiser le parcours complet du client aussi bien dans l’univers digital que physique. Et voici qu’elle informe qu’elle vient d’obtenir un brevet pour sa technologie d’achat média comme étant une méthode capable de prévenir et détecter la fraude. Le système de l’ad tech en soi servirait ainsi, outre à acheter, à identifier les trafics sur site non-intentionnels se servant de l’information de « co-visit ». Mais que veut dire cela au juste ?

Cela veut dire que l’ad tech peut identifier et analyser si ce sont toujours les mêmes visiteurs qui viennent sur des sites spécifiques. Le co-fondateur de l’ad tech Rod Hook affirme au The Wall Street Journal que les sites ne devraient jamais avoir plus de 10% de visiteurs qui se répètent. La technologie permet ainsi d’identifier des fausses impressions et les éliminer avant que les marques et marketeurs ne dépensent leurs budgets vainement.

Plus intéressant encore, toujours selon l’article du The Wall Street Journal (voir ici), l’ad tech aurait bien l’intention de partager sa technique brevetée avec tout l’écosystème, y compris ses concurrents afin « d’améliorer la qualité des inventaires en général, ce qui ne ferait qu’attirer plus d’annonceurs ».

LUL