Etude sur la visibilité des impressions publicitaires : pas de quoi s’en réjouir !

août 21, 2014

ad_visibilityAlors que le sujet de la visibilité des impressions publicitaires négociées sur les places de marché attire budgets et attention depuis un certain nombre de mois, il n’y a pas de quoi se féliciter, si du moins on prend au sérieux les résultats de l’étude réalisée par Integral Ad Science pour le second trimestre 2014 : tous les chiffres sont au rouge ! Il suffit de les comparer avec le premier trimestre de l’année, ou bien le dernier de 2013, pour constater que l’industrie semble faire marche arrière sur ce sujet.

IAS_2014-Q2_Snapshot

Tout d’abord le score TRAQ, qui sert à Integral Ad Science à démontrer la qualité de chaque impression suivant un mix de critères de mesure de qualité incluant la visibilité, brand safety et la fraude. Il était de 626 le trimestre dernier, il est de 608 le second trimestre. Et au sein de cette moyenne, alors que le TRAQ des places de marché sont restés plus ou moins stables, deux en revanche des éditeurs en direct ou des régies, ont baissé. Prenons, par exemple, le taux de visibilité des impressions : il était de 56,9% le premier trimestre, il est passé à 49,4%. Le niveau de fraude est passé de 9% à 11,5%. Pas de quoi se réjouir donc !

L’étude prend en compte des données des 5 plus importantes plateformes DSP, la quasi-totalité de places de marché, les plus grandes agences et plus de 70 annonceurs classés dans la liste des 100 plus importants annonceurs d’Advertising Age.

Nous vous reproduisons quelques temps forts d’autres détails de cette édition concernant le deuxième trimestre 2014, comme:

– le niveau de fraude par secteur,

– la visibilité par format

– et la visibilité par temps d’exposition.

Pour voir le rapport complet, cliquez ici.

LUL

 

Integral ad science 2

 

Integral ad science 1