La mort annoncée des agences médias ?

octobre 29, 2014

Tomorrow_groupLes agences de publicité sont en train de mourir pile au moment où elles ont un rôle vital à jouer. Le coup de gueule vient du PDG du bureau de consulting Tomorrow Group, Tom Goodwin (vous trouverez ici son billet publié par The Guardian). À un moment où le marketing est en train de vivre une véritable révolution, tentant de répondre aux changements sans précédents rendus possibles par l’univers en ligne, les agences proposent de solutions de plus en plus décevantes et ne relèvent pas le défi. Au lieu de penser grand et innover, elles ne font que tenter de répondre par des réactions à ce qui se présente et par des campagnes qui ne font que suivre le mainstream.

L’audace et l’innovation sont plus que vitales à un moment où tous les messages passent partout et à tout moment. « Internet a représenté à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle, une combinaison volatile d’incroyables possibilités et de forces terriblement destructrices que le marché n’avait jamais affrontées. Nous disposons de pléthore de nouveau canaux médias encerclant le monde en quelques secondes (…) Les options semblent le plus déconcertantes et changeantes que jamais, le tout dans un contexte où l’attention se déplace à travers les plateformes. » En gros, il est devenu encore plus difficile de se connecter avec les personnes, contrairement aux apparences, défend-il.

20121010143311_iPad_commerciaux« Vous auriez pu penser que tout cela aurait pu entraîner des changements conséquents au sein de l’industrie de la publicité. » Rien de tout cela, regrette-t-il. « La réalité est que rien n’a véritablement changé et que ce qui a changé est devenu moins ambitieux, moins valeureux et plus tactique. » Il suffit, dit-il, de jeter un coup d’œil dans les business cases des agences, affichés dans leurs sites, pour se rendre compte que l’horizon est plus limité que jamais. « Cela se ressemble à un monde de médias bon marché, la production et les talents ayant conduit à une déflation d’ambitions. »

La critique est sévère et mérite attention. Mais il a manqué dire ce qu’il aurait fait en lieu et place. Espérons que le prochain billet de Tom Goodwin ira moins vers les critiques caustiques et plus vers les ambitions justement.

 

LUL