La Place Media en mode puissance quatre : premium, DSP en libre service, mobile et vidéo

septembre 25, 2013

2013-09-24_232153La Place Media vient tout juste de souffler sa première bougie, une excellente occasion de dresser un bilan de cette première année d’activité et de tracer les perspectives pour les prochains mois. Les cinq actionnaires de base (Lagardère Publicité, Figaro Médias, TF1 Publicité, France Télévision Publicité et Amaury Médias) confirment donc leur engagement et passent à la vitesse supérieure.

2013-09-25_002709Au niveau des marques, elles étaient 120 au départ et 30 nouvelles sont venues s’agréger comme par exemple le Groupe Radio France, TV5, TMC, CadreEmplois, Keljob, les Groupes La Provence, Nice Matin ou UNI-Edition. Aujourd’hui La Place Media revendique 30 millions de visiteurs uniques en 2013 contre 28,5 millions en 2012 et 4,5 milliards d’impressions par mois soit 500 millions (12%) de plus qu’il y a un an. Au total ce sont 20 000 annonceurs qui ont opéré sur la place média au premier semestre 2013 mais surtout 80 des 100 plus gros annonceurs sont présents.

Quelle évolution pour l’offre ?

2013-09-25_002827« L’offre de La Place Media a su innover du format classique au format impact en passant par l’impression visible et le ciblage data » souligne Marie Le Guevel, General Manager d’Amnet. Ainsi, sur le segment premium, 4 nouvelles offres ont vu le jour : contexte, impact, visibilité et audience. Sur la partie data, La Place Media a fait le choix de Nugg.ad et met en avant la diversité de ses segments, leur finesse ainsi que la couverture d’audience. « L’offre audience de La Place Media combinant inventaire premium et data se révèle être une solution efficace pour nos annonceurs » estime Sébastien Robin, le COO d’Affiperf. L’audience permet aussi d’améliorer l’efficacité des campagnes.

Ainsi Jérémie Budard, associé chez Agence79, met en avant une augmentation du taux de clic de 30% tandis que Sylvain Gimenez, Managing Director de Cadreon a enregistré une hausse de 58% du taux de conversion. Encore plus précis, pour un annonceur du luxe, la combinaison d’un format impactant (300×600) avec de la donnée (femme 20-49 ayant un intérêt pour les produits de beauté) a permis d’enregistrer +72% de CTR par rapport à d’autres supports du plan média opéré par les équipes de Jean Baptiste Rouet le Directeur Général de Vivaki France.

Quels sont les projets dans les cartons ?

Pour La Place Media, les projets sont nombreux et se concentrent sur 4 axes : branding, accessibilité, mobile et vidéo.

Ainsi, sur le branding, l’objectif est de monter en puissance sur l’offre « impact » puisque 80% des inventaires ATF (above the fold) est diponible en format élargi (expand).

En matière d’accessibilité, La Place Media propose aussi une offre en libre-service pour accéder à son inventaire et aux audiences toujours via la technologie de DSP du canadien SiteScout. Sur ce point, La Place Media a décidé de ne pas opter pour les gros DSP du marché comme Turn, MediaMath, Doubleclik ou Appnexus et de privilégier un outil orienté libre-service. Très malin pour s’ouvrir à de nouveaux annonceurs et dupliquer le succès de Google Adwords.

2013-09-25_002923Lancé officiellement en mai dernier, l’ad-exchange mobile évolue. Après avoir testé plusieurs technologies (MoPub, Nexage, PubMatic et Rubicon) durant l’été pour tout ce qui est du mobile, l’ad-exchange mobile premium vient de voir le jour. C’est logique car le mobile représente 31% des audiences et seulement 6% des investissements médias selon SRI / Mediametrie. On est encore loin des 14% en UK et 16% aux USA. En matière de technologie, La Place Media a fait le choix de continuer à utiliser ces 4 opérateurs. Reste à savoir qui sera l’heureux élu ? Réponse d’ici la fin de l’année.

2013-09-25_003009Enfin, en octobre 2013, un ad-exchange vidéo devrait sortir en bêta privée, donc sur invitation. C’est un peu une évidence puisque la demande est forte et le CPM est 10 ou 20 fois plus élevé que pour du display classique. L’inventaire est estimé à 10 à 15 millions de pre-roll par mois… soit à peu près ce que propose Youtube en une journée. Ce qui est sûr c’est que ces inventaires sont mieux valorisés par les annonceurs.